Merkel croit que l’économie sera moins favorable en 2013

Radio-Canada avec Agence France-Presse et Reuters
Angela Merkel Angela Merkel  Photo :  AFP/JOHN THYS

L'environnement économique de 2013 sera « plus difficile » que celui de 2012, prévient la chancelière allemande Angela Merkel dans son allocution pour la nouvelle année qui doit être diffusée le 31 décembre à la télévision allemande.

Dans le texte de l'allocution qui a été transmis aux médias dimanche, la chancelière parle de la crise en Europe et appelle à la patience et « au courage » en anticipant un ralentissement de la croissance économique.

« Les réformes que nous avons entreprises commencent à produire leurs effets. Mais nous avons encore besoin de beaucoup de patience. La crise est encore loin d'être surmontée. » — Angela Merkel

La mise en garde de la dirigeante allemande contredit en quelque sorte les propos plus optimistes de son ministre des Finances Wolfgang Schäuble et du président français François Hollande, qui ont tous deux dernièrement évalué que le pire de la crise en Europe était passé.

La chancelière dit également souhaiter une meilleure supervision internationale des marchés financiers à l'avenir. « Le monde n'a pas suffisamment tiré de leçons de la terrible crise financière de 2008 », croit-elle.

Angela Merkel se fait tout de même rassurante dans son allocution, affirmant que le nombre d'emplois en Allemagne est à son plus haut depuis la réunification du pays en 1990. La chancelière, qui cherchera à obtenir un troisième mandat lors des élections de septembre, se félicite de la chute du chômage dans la première économie européenne.

En fait, la conjoncture économique de l'Allemagne est meilleure que celle de la plupart des autres pays européens, mais sa croissance a tout de même ralenti tout au long de l'année 2012.

De plus, selon la Bundesbank, la banque centrale allemande, le pays pourrait connaître une brève récession en 2013. Elle prévoit en outre une quasi-stagnation de l'économie allemande, avec une progression du PIB de seulement 0,4 %, après + 0,7 % en 2012.