Viol collectif en Inde : six hommes accusés de meurtre

Veillée à la bougie à New Delhi en mémoire de la jeune femme morte à la suite du viol Veillée à la bougie à New Delhi en mémoire de la jeune femme morte à la suite du viol  Photo :  AFP/Sajjad Hussain

Des accusations de meurtre ont été portées samedi contre les six hommes déjà accusés d'avoir battu et violé une jeune Indienne dans un autobus à New Delhi. Les autorités policières en ont fait l'annonce quelques heures après que leur victime présumée, une femme de 23 ans, eut rendu l'âme dans un hôpital de Singapour.

Si les six accusés sont reconnus coupables de meurtre, ils pourraient écoper de la peine de mort, a indiqué le porte-parole de la police de New Delhi, Rajan Bhagat. Le supplice vécu par la jeune femme a scandalisé les Indiens, qui ont organisé des manifestations presque tous les jours depuis le viol pour réclamer une meilleure protection des femmes contre les violences sexuelles, qui ne sont souvent pas rapportées aux autorités.

Les femmes victimes de viol sont souvent blâmées pour le crime en Inde, ce qui les force à se taire et à ne pas se plaindre aux autorités de crainte d'exposer leurs proches à l'opprobre. La police refuse souvent d'accepter les plaintes de celles qui sont assez courageuses pour dénoncer leurs agresseurs.

Le premier ministre de l'Inde, Manmohan Singh, a affirmé qu'il était conscient des vives émotions suscitées par cette attaque, et a ajouté qu'il revenait à tous les Indiens de s'assurer que la jeune femme de 23 ans ne soit pas morte en vain.

La jeune femme a rendu l'âme « paisiblement », entourée de ses proches et de responsables de l'ambassade de l'Inde, a déclaré par voie de communiqué le docteur Kevin Loh, administrateur général de l'hôpital Mount Elizabeth.

Après 10 jours de soins dans un hôpital de New Delhi, elle avait été transportée à Singapour, jeudi, pour y être traitée dans une institution spécialisée dans les transplantations multiples. Vendredi soir, l'état de la jeune femme s'était considérablement aggravé. Elle s'est finalement éteinte tôt samedi matin.

« Elle a souffert de graves défaillances de ses organes à la suite de blessures à son corps et à son cerveau. Elle a été courageuse de se battre pour sa vie pendant aussi longtemps, mais le traumatisme était trop grave pour qu'elle puisse le surmonter », a déclaré le docteur Loh.

La jeune femme et son ami de sexe masculin, qui n'ont pas été identifiés, voyageaient dans un autobus à New Delhi le 16 décembre quand ils ont été attaqués par une bande d'hommes. Les assaillants ont violé la femme, avant de les déshabiller tous les deux et de les abandonner sur la route.

Associated Press

 

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook