Moscou presse le régime syrien de dialoguer avec l'opposition

Radio-Canada avec Associated Press et Reuters
Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov (archives) Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov (archives)  Photo :  AFP/KIRILL KUDRYAVTSEV

La Russie a appelé vendredi matin le gouvernement de Damas à mettre ses actes en conformité avec ses paroles et à faire le « maximum » pour concrétiser ses intentions de dialoguer avec l'opposition en vue de résoudre le conflit.

« Nous incitons activement la direction syrienne à concrétiser autant que possible sa volonté affichée de dialoguer avec l'opposition », a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, à l'issue d'une rencontre avec son homologue égyptien, Mohamed Amr. Il avait reçu auparavant un vice-ministre syrien des Affaires étrangères, Fayçal Mokdad.

De son côté, l'envoyé spécial de l'ONU et de la Ligue arabe, Lakhdar Brahimi, qui était à Damas en début de semaine, où il s'est entretenu notamment avec Bachar Al-Assad, sera reçu demain à Moscou par le ministre Lavrov. M. Brahimi a une nouvelle fois appelé à la formation d'un gouvernement de transition jusqu'à l'organisation d'élections en Syrie.

La Russie a bloqué jusqu'ici avec la Chine tous les projets de résolution du Conseil de sécurité des Nations unies condamnant le président Bachar Al-Assad et ouvrant la porte à des sanctions voire au recours à la force.

Moscou se défend cependant de soutenir le régime en place, auquel elle vend des armes, et déclare défendre le droit international et craindre le chaos et le terrorisme.

« La communauté internationale ne doit inciter ni l'une ou l'autre partie à la violence, ni poser des conditions préliminaires », a ajouté M. Lavrov.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, basé à Londres, le conflit en Syrie a fait plus de 45 000 morts en 21 mois.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook