Pakistan : le fils de Benazir Bhutto se lance en politique

Le récit de Nathalie Cloutier

La politique semble inscrite dans l'ADN de la famille Bhutto. Après le grand-père Zulfikar Ali Bhutto, la mère Benazir Bhutto, voici le fils Bilawal qui se lance dans l'arène à l'occasion du cinquième anniversaire de l'assassinat sa mère Benazir.

Bilawal est le fils unique de l'ex-première ministre et d'Asif Ali Zardari, l'actuel président du Pakistan.

C'est devant des centaines de milliers de personnes rassemblées dans le village de Garhi Khuda Bux, lieu du mausolée Bhutto, que le jeune Bilawal a annoncé qu'il avait décidé de suivre les pas de son grand-père et de sa mère.

Devant une foule acquise à la famille Bhutto et au Parti du peuple du Pakistan (PPP), le futur politicien a prononcé son discours en ourdou, langue nationale du pays, en reprenant le slogan de son grand-père Zulfikar : « Roti! Kapra! Makan! » (du pain, des vêtements, un toit.)

Il a également reproché à la justice de ne pas avoir encore élucidé le meurtre de sa mère, cinq ans après les faits.

« Lorsqu'il n'y a pas de justice, les forces comme les talibans imposent leur loi », a déploré Bilawal.

Le PPP espère que l'entrée en scène de Bilawal permettra de lui injecter du sang neuf. « Il a acquis suffisamment de sagesse et de sagacité pour prendre la responsabilité du parti », a déclaré le premier ministre Raja Pervez Ashraf.

Cependant, la tâche du futur politicien risque d'être ardue. Son parti est miné par des allégations de collusion et de corruption. Bilawal, 24 ans et diplômé d'Oxford, ne peut théoriquement pas briguer un siège de député si les élections avaient lieu, comme prévu, au printemps, car l'âge minimal d'un candidat est fixé à 25 ans.

Depuis la création du pays en 1947, trois gouvernements civils ont été renversés par les militaires.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook