Un hélicoptère de l'ONU abattu au Soudan du Sud

Hélicoptère de l'ONU au Soudan du Sud (archives) Hélicoptère de l'ONU au Soudan du Sud (archives)  Photo :  AFP/HANNAH MCNEISH

Les Nations unies ont affirmé vendredi que les forces armées du Soudan du Sud avaient abattu un hélicoptère de l'ONU, tuant les quatre membres d'équipage qui se trouvaient à bord, mais un porte-parole sud-soudanais a mis en cause des combattants rebelles.

Le porte-parole adjoint de l'ONU, Eduardo del Buey, a déclaré que l'hélicoptère, qui appartenait à la mission des Nations unies au Soudan du Sud (MINUSS), effectuait un vol de reconnaissance quand il a été visé par des tirs et s'est écrasé.

Selon M. Del Buey, c'est l'armée sud-soudanaise elle-même qui a déclaré à la MINUSS qu'elle avait abattu l'appareil dans la région de Likuangole, dans l'État de Jonglei.

L'État de Jonglei, et en particulier le district de Pibor, a été le théâtre de récents affrontements entre une milice rebelle dirigée par David Yauyau et les forces sud-soudanaises.

David Yauyau, un ancien membre de l'armée sud-soudanaise, a lancé sa rébellion après avoir échoué à remporter un siège parlementaire aux élections générales soudanaises de 2010. Le Soudan du Sud, indépendant depuis 18 mois, accuse son voisin du nord, le Soudan, d'armer David Yauyau.

Ouverture d'une enquête de l'ONU

Le porte-parole de l'armée sud-soudanaise, Kella Kueth, a nié que ses forces aient abattu l'hélicoptère de l'ONU. « C'étaient les forces de Yauyau, qui travaillent avec Khartoum pour provoquer la chute du Soudan du Sud », a-t-il dit.

Plus tôt dans la journée, un autre porte-parole militaire sud-soudanais, Philip Aguer, avait déclaré à l'Associated Press que 'l'hélicoptère s'est écrasé quelque part entre une base militaire et la base de Yauyau, dans le district de Pibor'. Il a indiqué qu'il ne connaissait pas la cause de l'écrasement.

« Je crois que le gouvernement du Soudan du Sud et la mission de l'ONU doivent enquêter conjointement sur cette affaire », a-t-il dit.

Questionné sur la déclaration de l'ONU quant à la responsabilité de l'armée sud-soudanaise dans l'écrasement, le ministre sud-soudanais de l'Information, Barnaba Marial Benjamin, a répondu: « Ça, c'est New York, mais la MINUSS et nous-mêmes qui sommes ici sur le terrain avons été très clairs sur le fait que la cause de l'écrasement n'est pas connue et doit faire l'objet d'une enquête ».

La MINUSS a ouvert une enquête, a indiqué M. Del Buey.


Associated Press

 

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook