La NRA veut mettre un policier armé dans chaque école aux États-Unis

Radio-Canada avec Agence France-Presse
Le reportage de Frédéric Arnould

La National Rifle Association (NRA), puissant lobby américain des armes à feu, a estimé vendredi que la seule réponse aux fusillades comme celle de Newtown était de se défendre par les armes.

Wayne LaPierre, vice-président exécutif de la NRA, a réclamé des agents armés et d'autres mesures de sécurité dans chaque école des États-Unis.

« La seule chose qui arrête un méchant avec une arme est un bon gars avec une arme », a soutenu Wayne LaPierre dans une conférence de presse à Washington.

La NRA sortait du mutisme pour la première fois depuis la tuerie de Newtown, le 14 décembre, dans laquelle 20 enfants et 6 adultes sont morts.

Wayne LaPierre a accusé le président Obama de tenter de faire des gains politiques avec sa réponse à la fusillade et blâmé les médias à de multiples reprises pour entretenir une culture de violence. Il a notamment dénoncé les jeux vidéo, les clips et les films violents. Il a également signalé qu'il n'existe pas de registre des personnes atteintes de maladies mentales.

Des monstres et des prédateurs

Évoquant une société remplie de monstres « qui marchent parmi nous », la NRA propose aux parents de prendre en main la sécurité des écoliers.

« Est-ce que quelqu'un croit véritablement que le prochain Adam Lanza n'est pas en train de préparer une attaque sur une école qu'il vient d'identifier? Combien d'autres copieurs attendent en coulisse leur moment de célébrité? » — Wayne LaPierre

La solution, selon la NRA, ne réside pas dans un meilleur contrôle des armes à feu, mais plutôt dans un plus grand nombre de personnes armées dans les écoles.

« Les politiciens font adopter des lois pour qu'il n'y ait pas d'armes dans les écoles, ils publient des communiqués pour s'en vanter, ils mettent des affiches qui en font la publicité et, ce faisant, ils disent à tous les tueurs fous que comptent les États-Unis que les écoles sont les endroits les plus sécuritaires pour aller semer un maximum de dégâts avec un minimum de risque. » — Wayne LaPierre

La NRA estime que la présence de policiers est nécessaire dans les écoles, de la même façon que des gardes armés protègent les banques, les stades ou même le président.

Un garde armé dans chaque école

Mais, en attendant que cela puisse être fait, elle propose de mettre en place un programme de réponse d'urgence dans chaque école qui le souhaitera. L'ancien congressiste Asa Hutchinson sera responsable de le développer. Ce programme reposera sur la contribution de volontaires, tels que des policiers, des soldats ou des gardes de sécurité, et n'exigera donc pas de dépense gouvernementale.

« Avec toute l'aide internationale, avec tout l'argent du budget fédéral, ne pouvons-nous pas mettre un policier dans chaque école? [...] Ce n'est pas l'affaire des politiciens, et ils n'ont pas l'autorité de nous enlever le droit, la capacité ou l'impératif moral de nous protéger du danger et de protéger nos êtres aimés. » — Wayne LaPierre
Un manifestant hostile à la NRA a interrompu brièvement un point de presse du lobby pro-armes. Un manifestant hostile à la NRA a interrompu brièvement un point de presse du lobby pro-armes.

Des manifestants ont perturbé la conférence de presse de la NRA.

« La NRA tue nos enfants », pouvait-on lire sur une banderole tenue par un manifestant, qui a brièvement interrompu l'allocution de Wayne LaPierre.

Peu de temps après, une autre manifestante a fait la même chose avec une banderole indiquant « la NRA a les mains pleines de sang ». Les deux manifestants font partie de l'organisme anti-guerre Code Pink, qui souhaitait déposer une pétition de 214 000 signatures demandant un meilleur contrôle des armes à feu et le bannissement des armes d'assaut.

Des acteurs et des maires réclament un contrôle

Un groupe d'acteurs américains, dont Julianne Moore, Jennifer Aniston, Steve Carell et Will Ferrell appellent leurs concitoyens à « demander un programme » politique pour mettre fin aux fusillades aux États-Unis.

Ces célébrités hollywoodiennes soutiennent la démarche de 750 maires américains, qui se sont mobilisés après la tuerie de Newtown.

Ce nouveau mouvement anti-armes exige que chaque pistolet vendu nécessite la vérification du casier judiciaire, que soient interdites les armes d'assaut et les chargeurs à grande capacité, et que le trafic d'armes soit puni comme un crime fédéral.

L'association des maires a réagi sévèrement à la conférence de presse de la NRA, en dénonçant « une esquive honteuse de la crise à laquelle fait face l'Amérique ».

Le maire de New York, Michael Bloomberg, a déclaré en parlant de la NRA : « Plutôt que d'offrir une solution à un problème qu'ils ont eux-mêmes contribué à créer, ils offrent une vision paranoïaque et tronquée d'une Amérique plus violente et dangereuse ».

Il a rappelé que 34 Américains sont tués par balle chaque jour. Il a ajouté que « 74 % des membres de la NRA appuient des restrictions sensées pour le contrôle des armes à feu, comme le fait de vérifier les antécédents judiciaires d'un individu qui veut acheter une arme ».

 

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook