La peine de mort de plus en plus « marginalisée » aux États-Unis

Radio-Canada avec Agence France-Presse
Une chambre d'exécution par injection létale du pénitencier de Terre Haute, dans l'Indiana (archives) Une chambre d'exécution par injection létale du pénitencier de Terre Haute, dans l'Indiana (archives)  Photo :  AFP/Federal Bureau of Prisons

Les États-Unis exécutent de moins en moins de condamnés à mort, et dans un nombre de plus en plus restreint d'États, selon le rapport annuel des experts du Centre d'information sur la peine de mort (DPIC) publié mardi.

« De moins en moins d'États ont la peine capitale en 2012, de moins en moins ont procédé effectivement à des exécutions, tandis que les condamnations et les mises à mort étaient concentrées à un petit nombre d'États », a déclaré le directeur du DPIC, Richard Dieter.

« La peine capitale est en train de devenir marginale dans la plus grande partie du pays », a-t-il ajouté.

Le Connecticut est devenu le 17e État américain à abolir la peine de mort cette année, portant à 29 le nombre d'États ayant renoncé au châtiment depuis au moins cinq ans, soit par la loi soit dans les faits, précise le rapport annuel.

Neuf États américains sur 50 ont procédé à 43 exécutions cette année, pour un total de 1320 depuis la reprise des exécutions en 1976.

Bien que ce nombre soit le même qu'en 2011, il est toutefois en baisse de moitié par rapport à 1999, l'année qui a connu le plus de mises à mort depuis que la Cour suprême a rétabli la peine capitale.

De plus, de moins en moins de condamnations à mort sont prononcées par les tribunaux. Selon l'organisation indépendante à but non lucratif, 78 peines de mort ont été énoncées en 2012 aux États-Unis, contre 315 en 1996.

Même les États les plus marqués par la peine capitale, comme la Virginie, le deuxième en nombre total d'exécutions derrière le Texas, qui détient le record d'exécutions aux États-Unis, ou encore les deux Caroline, n'ont ni condamné ni exécuté de détenus en 2012.

Aucune exécution n'a été menée en Georgie, en Alabama en Louisiane et au Missouri, des États conservateurs où une majorité de la population se dit en faveur de la peine capitale. Même le Texas, qui a procédé à 15 exécutions, n'a prononcé que neuf sentences de mort, confirmant une baisse dans cet État.

Les trois quarts des exécutions ont eu lieu dans quatre États, soit le Texas, l'Oklahoma, le Mississippi et l'Arizona, et 65 % des nouvelles condamnations ont été prononcées au Texas, en Floride, en Alabama et en Californie.

Par voie de référendum lors des élections présidentielles de novembre dernier, les Californiens ont par ailleurs rejeté à 53 % une proposition visant à remplacer la peine capitale par la prison à vie.

Même si l'usage de la peine de mort a chuté de moitié depuis 10 ans, les États-Unis restent tout de même l'un des cinq pays au monde qui exécutent le plus de personnes, selon l'Organisation des Nations unies (ONU). Les quatre autres sont la Chine, l'Iran, l'Arabie saoudite et l'Irak.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook