Le vice-président syrien reconnaît l'impasse militaire

Maisons endommagées à Alep, 29 novembre 2012

Le vice-président syrien reconnaît que l'armée sera incapable de triompher des rebelles qui cherchent à renverser le régime de Bachar Al-Assad. C'est le premier dirigeant du régime à admettre qu'une victoire est peu probable.

Dans une entrevue publiée lundi par le quotidien libanais Al-Akhbar, Farouk el-Sharaa y va d'une analyse inhabituellement pessimiste de la guerre civile qui déchire le pays. « Les forces de l'opposition ne réussiront à renverser le régime que si leur but est de plonger le pays dans un cycle de violence sans fin, a-t-il dit. Je ne pense pas que les gestes de l'armée et des forces de sécurité nous mèneront à une victoire définitive. »

Les rebelles syriens ont effectué d'importantes percées stratégiques au cours des dernières semaines, capturant des bases aériennes et des installations militaires près de la plus grande ville du pays, Alep, et de la capitale, Damas.

Dimanche, des insurgés islamistes ont pris une base de l'infanterie à Alep. C'est la deuxième base de l'armée à tomber entre les mains des rebelles dans cette ville au cours de la dernière semaine.

L'Occident semble aussi accélérer son aide aux rebelles pendant que la Russie, qui demeure le principal allié international de la Syrie, s'est empêtrée dans des messages contradictoires la semaine dernière, quand un diplomate de premier plan a déclaré que le régime Assad est en train de perdre le contrôle du pays.

L'insurrection syrienne a éclaté en mars 2011 et aurait fait quelque 40 000 morts au cours des 21 derniers mois.

L'entrevue a été publiée lundi par le quotidien au moment où les insurgés se rapprochent de la capitale, Damas, le siège du pouvoir du régime Assad.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook