Tuerie au Connecticut : «Nos coeurs sont brisés» - Obama

Radio-Canada avec Agence France-Presse et Associated Press
Barack Obama Barack Obama essuyant une larme lors de sa déclaration.  Photo :  PC/Charles Dharapak

« Nous avons subi trop de tragédies » comme celle de la fusillade au Connecticut, a déclaré le président américain Barack Obama vendredi.

Très ému, Barack Obama s'est adressé brièvement aux Américains après la fusillade meurtrière dans une école primaire de Newtown.

« Nos coeurs sont brisés aujourd'hui », a-t-il ajouté.

Dans une allocution en direct de la Maison-Blanche, M. Obama a déclaré qu'il faudrait agir de façon significative pour empêcher de nouvelles tragédies comme celles survenues ces derniers temps.

Le président a promis aux autorités du Connecticut de mettre à leur disposition toutes les ressources nécessaires pour enquêter sur la tragédie ainsi que des soins pour les victimes et leurs familles.

Il a déclaré qu'en apprenant la nouvelle, il avait réagi comme un parent, plutôt que comme un président.

« Ce soir, Michelle et moi nous allons faire ce que je sais que chaque parent aux États-Unis fera, c'est-à-dire, tenir nos enfants plus longtemps dans nos bras et nous allons leur rappeler à quel point nous les aimons. » — Barack Obama

Il a souligné que la plupart victimes étaient des enfants entre 5 et 10 ans qui avaient toute leur vie devant eux. « Il n'y a pas un parent aux États-Unis qui ne sente pas la même douleur accablante que je sens », a-t-il ajouté.

« Bien que rien ne puisse remplacer le vide laissé par un enfant, ou un être aimé perdu, nous pouvons tous aider, nous pouvons tous leur rappeler que nous sommes là pour eux, que nous prions pour eux, que l'amour qu'ils ressentent pour ceux qu'ils ont perdus va perdurer non seulement dans leur souvenir, mais également dans le nôtre. » — Barack Obama

Plus tôt vendredi, la Maison-Blanche a indiqué que M. Obama avait contacté le gouverneur du Connecticut, Dannel Malloy, pour lui faire part de ses « condoléances » et de son « inquiétude ».

Le président a également donné l'ordre de mettre les drapeaux en berne sur tous les édifices publics américains pendant quatre jours en hommage aux victimes de la fusillade.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook