Connecticut : 27 morts, dont 20 enfants, lors d'une fusillade dans une école

Radio-Canada avec Agence France-Presse, Associated Press, New York Times, Reuters et CNN
Le compte rendu de Joyce Napier

Un tireur a abattu 20 enfants et 6 adultes dans une école primaire de Newtown, au Connecticut, vendredi, commettant l'une des fusillades les plus meurtrières de l'histoire des États-Unis et laissant sous le choc des millions d'Américains.

Le porte-parole de la police de l'État, Paul Vance, a confirmé que 18 enfants avaient été tués sur place à l'école Sandy Hook, de Newtown. Six adultes ont aussi été tués, ainsi que le tueur. Deux enfants ont été transportés à l'hôpital, où leur décès a été constaté.

Une employée blessée a été transportée à l'hôpital et se trouve dans un état stable.

Le père d'un élève, la directrice et le psychologue de l'école, qui accueille des élèves de 5 à 10 ans, seraient notamment du nombre des victimes.

Le tireur se serait vraisemblablement suicidé puisque les policiers n'ont pas fait feu au cours de leur opération, a précisé Paul Vance en entrevue au réseau CNN. Ce fait reste à confirmer au cours de l'enquête.

Selon un responsable de la police interrogé par les médias américains, le tireur serait Adam Lanza, âgé de 20 ans. Son frère aîné Ryan, âgé de 24 ans et originaire de Hoboken, au New Jersey, est interrogé par les autorités. Les noms des deux hommes avaient précédemment été inversés.

Le tireur serait entré en matinée dans l'école, où sa mère était institutrice, et aurait ouvert le feu sur les enfants dans des salles de classe, s'en prenant aussi à des employés de l'école, selon la presse américaine.

Les enquêteurs fouillent également une deuxième scène de crime dans une résidence de Newtown où un adulte serait mort. Selon plusieurs médias américains, il s'agirait de la mère du présumé tireur.

Sa copine et un ami étaient recherchés au New Jersey, selon des médias américains.

La police n'a donné aucun détail sur le mobile du massacre.

Notre discussion en direct dans le cadre de l'émission 24 heures en 60 minutes :

Le président américain Barack Obama, dans une conférence de presse à Washington, a présenté ses condoléances aux parents et aux proches des victimes, se montrant profondément ému. Il a aussi ordonné de mettre les drapeaux en berne sur tous les édifices publics pendant quatre jours.

Le premier ministre canadien, Stephen Harper, et la première ministre du Québec, Pauline Marois, ont aussi réagi.

Les policiers du Connecticut enquêtent

Appelés peu après 9 h 30, les policiers se sont mis à la recherche d'un « tireur actif » à l'intérieur de l'école. Ils ont investi l'établissement à la recherche du tireur tout en évacuant les enfants et le personnel.

« La fusillade a eu lieu dans une section de l'école, dans deux salles distinctes », a précisé Paul Vance.

Les policiers ont saisi une arme sur les lieux de la fusillade, mais ont refusé de donner plus de détails à ce sujet.

Les médias américains rapportent quant à eux l'utilisation de deux à quatre armes, soit un fusil semi-automatique et des armes de poing. L'auteur du crime portait aussi un gilet pare-balles, selon eux.

Des témoins ont rapporté des dizaines de coups de feu. « C'était terrible », a déclaré la mère d'une élève de l'école venue chercher sa fille, Brenda Lebinski. « Tout le monde était hystérique, parents, élèves. Il y avait des enfants qui sortaient de l'école ensanglantés. Je ne sais pas s'ils avaient été touchés, mais ils étaient couverts de sang. »

Une fillette interrogée par le réseau NBC a dit avoir entendu sept déflagrations très fortes alors qu'elle se trouvait en cours d'éducation physique. « Un policier est entré et nous a dit de sortir en courant, ce que nous avons fait », a déclaré la fillette.

En fin de journée, Paul Vance a affirmé que les enquêteurs procèdent toujours à l'identification formelle des victimes, mais que les policiers ont communiqué avec les parents des enfants abattus. Tous les élèves qui ont échappé à la tuerie ont été réunis avec leurs parents.

Les autorités commenceront à rendre publique l'identité des victimes lors d'un point de presse samedi matin.

Le FBI, spécialisé dans la gestion de crise, porte assistance à la police du Connecticut dans cette affaire.

Newtown, une petite ville de 27 000 habitants située à 130 km au nord-est de New York, était complètement sous le choc vendredi. Beaucoup de ses habitants se demandant comment un tel drame était possible, dans leur petite ville tranquille, à quelques jours de Noël.

En conférence de presse, le gouverneur Dannel Malloy a dit qu'il s'agissait d'une épreuve terrible pour la communauté et les familles éprouvées. « Nous allons tout faire pour surmonter cette épreuve. Nous allons y arriver », a-t-il dit.

Des gens se sont rassemblés en soirée pour tenir des veillées à la bougie, notamment à Newtown et à Washington.

Notre couverture en direct :

La tragédie de Newtown est la pire tuerie de l'année aux États-Unis et l'une des plus graves de son histoire.

La tuerie de l'Université Virginia Tech a fait 32 morts en 2007.

La fusillade de Newtown survient quelques jours après une autre fusillade dans un centre commercial de l'Oregon.

L'événement risque de relancer le débat sur la vente des armes d'assaut aux États-Unis.

Le lieu de la fusillade

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook