Israël perquisitionne dans les bureaux de trois ONG à Ramallah

Le bureau de l'organisation Adameer (Conscience, en arabe). Le bureau de l'organisation Adameer (Conscience, en arabe).  Photo :  AFP/ABBAS MOMANI

Les forces israéliennes sont entrées mardi à Ramallah pour mener des perquisitions dans les bureaux de trois organisations non gouvernementales palestiniennes.

Les troupes ont mené leur opération avant l'aube au centre de la capitale provisoire de l'autorité palestinienne. Ils ont investi les locaux de l'organisation Adameer de soutien aux prisonniers et défense des droits de l'homme, de l'Union des comités de femmes palestiniennes ainsi que celui du Réseau palestinien d'ONG basées à Ramallah.

« Quatre ordinateurs portables, un disque dur et une caméra ont notamment été saisis », a indiqué Adameer, précisant avoir retrouvé les bureaux sens dessus dessous et les armoires à documents « saccagées ».

Selon une porte-parole de l'armée israélienne, les organisations visées sont liées au Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), considéré par Israël comme une organisation terroriste.

Le mois dernier, le bras armé du FPLP avait revendiqué une attaque au missile antichar contre une jeep de l'armée israélienne près de la bande de Gaza, qui avait blessé quatre soldats. Ce groupe revendique aussi régulièrement des tirs de roquettes sur le sud d'Israël.

Amnistie internationale a dénoncé dans un communiqué « un système de harcèlement » contre les ONG palestiniennes et les défenseurs des droits de l'homme, visant en particulier l'association Adameer.

Cette opération intervient moins de deux semaines après l'attribution le 29 novembre par les Nations unies du statut d'État observateur à l'Autorité palestinienne.

Pour Allam Jarrar, l'un des responsables du Réseau des ONG palestiniennes, « c'est un message des Israéliens aux Palestiniens, pour les prévenir que lorsqu'ils prendront des décisions ou créeront des organisations patriotiques dans le but d'obtenir leur liberté, les occupants auront recours à l'agression pour essayer de nous arrêter ».

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook