Un accord confidentiel met fin aux poursuites civiles contre DSK

Radio-Canada avec Agence France-Presse et Associated Press
Dominique Strauss-Kahn Dominique Strauss-Kahn  Photo :  AFP/FRANCOIS GUILLOT

Dominique Strauss-Kahn et Nafissatou Diallo sont parvenus mardi à un accord négocié qui met fin aux poursuites civiles intentées par cette dernière contre l'ancien patron du Fonds monétaire international.

L'accord a été annoncé par le juge Douglas McKeon du tribunal du Bronx, à New York, qui a précisé que les termes en étaient confidentiels. Nafissatou Diallo, qui accusait d'agression sexuelle Dominique Strauss-Kahn, a brièvement commenté l'entente lors d'une conférence de presse.

En août 2011, la justice américaine avait abandonné les poursuites pénales contre Dominique Strauss-Khan, en raison des doutes sur la crédibilité de son accusatrice.

Après l'abandon des poursuites pénales, Nafissatou Diallo avait alors porté plainte au civil devant un tribunal du Bronx.

Le juge chargé du dossier n'avait pas requis la présence de M. Strauss-Kahn à cette audience, qui vise à faire le point sur les négociations menées ces derniers mois pour parvenir à cet accord.

Mais il avait cependant demandé celle de Mme Diallo pour qu'elle en approuve les termes.

Les avocats de Dominique Strauss-Kahn avaient reconnu en novembre qu'il y avait eu des pourparlers de règlement, mais ils ont démenti les informations rapportées par la presse française faisant état d'un montant de 6 millions de dollars accordé par M. Strauss-Kahn à Nafissatou Diallo.

Les avocats de Mme Diallo avaient quant à eux refusé de commenter les pourparlers.

En mai 2011, la femme de chambre a accusé Dominique Strauss-Kahn de l'avoir forcée à pratiquer une fellation et d'avoir tenté de la violer.

M. Strauss-Kahn s'en est défendu affirmant que Mme Diallo était consentante.

Cette affaire a amené Dominique Strauss-Kahn, 63 ans, à démissionner de son poste du FMI après une arrestation largement médiatisée.

Par ailleurs, l'homme est toujours accusé de proxénétisme aggravé lié à un réseau de prostitution oeuvrant dans un hôtel de luxe en France.

Un tribunal français doit se prononcer le 19 décembre sur sa tentative visant à obtenir un rejet de ces accusations.

En complément

  • international
    dossier -  États-Unis : l'affaire Strauss-Kahn Le directeur général du FMI fait face à des accusations d'agression sexuelle sur une employée d'un hôtel new-yorkais. Rappel des événements.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

info en continu

Facebook