Kate Middleton : les auteurs du canular s'excusent

Louis-Philippe Ouimet parle des limites de l'humour en matière de canulars.

Deux animateurs radiophoniques australiens se sont dits catastrophés, lundi, que leur canular ait pu jouer un rôle dans la mort de l'infirmière britannique qui soignait la duchesse de Cambridge.

Mel Greig et Michael Christian se sont exprimés sur le sujet pour la première fois dans le cadre de l'émission A Current Affair, sur les ondes de la télévision australienne.

Imitant la reine Élisabeth II et le prince Philip, les deux animateurs ont communiqué la semaine dernière avec l'hôpital londonien King Edward VII et ont réussi à obtenir des détails concernant l'état de santé de Kate Middleton, la femme du prince William qui était hospitalisée pour de graves nausées causées par sa grossesse.

L'infirmière qui a pris leur appel, Jacintha Saldanha, a été retrouvée morte quelques jours plus tard. Son décès demeure inexpliqué, mais plusieurs médias affirment qu'elle s'est suicidée.

Mme Greig a dit qu'ils pensent constamment à ce qui s'est produit et à la famille de Mme Saldanha. Elle a ajouté qu'ils sont catastrophés de penser qu'ils aient pu jouer un rôle dans cette tragédie.

Les deux animateurs se sont excusés et ont fondu en larmes quand on leur a demandé comment ils ont réagi en apprenant la mort de Mme Saldanha. Ils ont par contre révélé que la décision de diffuser en ondes l'enregistrement de leur conversation avec l'infirmière a été prise par leur patron.

Lundi, l'entreprise propriétaire de la station de radio pour laquelle ils travaillent, Southern Cross Austereo, a fait savoir que leur émission avait été retirée des ondes et que les canulars téléphoniques étaient interdits jusqu'à nouvel ordre.

Le patron de Southern Cross, Rhys Holleran, a affirmé avoir tenté à cinq reprises, sans succès, de communiquer avec les dirigeants de King Edward VII pour discuter avec eux du canular avant sa diffusion. Il a insisté pour dire que la station n'a rien fait d'illégal et qu'elle a respecté les règles en vigueur.

Associated Press

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook