Ghana : le président Mahama est réélu dans la controverse

Radio-Canada avec Agence France-Presse, Associated Press et Reuters
Des partisans du président élu au Ghana célèbrent sa victoire à Accra. Des partisans du président élu au Ghana célèbrent sa victoire à Accra.  Photo :  AFP/PIUS UTOMI EKPEI

Le président sortant du Ghana, John Dramani Mahama, a été réélu à la tête du pays dimanche, mais l'opposition dénonce un scrutin truqué.

Selon la commission électorale, M. Mahama, du Congrès démocratique national, a remporté l'élection avec 50,70 % des votes, contre 47,74 % des voix pour son adversaire, Nana Akufo-Addo, du Nouveau Parti patriotique (NPP). Il fallait obtenir plus de 50 % des suffrages pour éviter la tenue d'un second tour.

John Dramani Mahama a appelé les responsables politiques à respecter l'issue du vote. « La voix du peuple, c'est la voix de Dieu », a-t-il dit.

Le NPP, le principal parti d'opposition ghanéen, a rejeté les résultats officiels, mais a appelé ses militants à rester calmes. Selon Nana Akufo-Addo, les résultats annoncés « ne reflètent pas la majorité requise par l'électorat ghanéen. »

Les cadres du parti ont prévu de se réunir mardi pour définir la marche à suivre. Le NPP affirme avoir « assez de preuves concrètes » pour démontrer que son candidat est le réel vainqueur des élections.

Des problèmes techniques ont été observés dans le système de votation vendredi en raison d'une méthode d'identification biométrique qui a provoqué d'importants retards. Plusieurs personnes n'ont pas pu voter à cause de ces difficultés, mais le vote a repris le lendemain pour permettre à tous de donner leur bulletin.

Le Ghana est perçu comme un pilier de la démocratie en Afrique.

Le porte-parole du parti Congrès démocratique national s'est adressé à la communauté internationale pour la rassurer sur le caractère démocratique et pacifique du pays.

Une femme danse devant les quartiers généraux du parti Congrès démocratique national, de John Mahama. Une femme danse devant les quartiers généraux du parti Congrès démocratique national, de John Mahama.  Photo :  AFP/PIUS UTOMI EKPEI

Fière tradition démocratique

Les Ghanéens étaient appelés vendredi à choisir un nouveau président et les membres du Parlement dans le cadre du sixième exercice démocratique de ce pays d'Afrique de l'Ouest.

Pays de 25 millions d'habitants, le Ghana a subi cinq coups d'État et des décennies de stagnation avant de se remettre sur pied au cours des années 1990. Le pays est un modèle de démocratie pour le continent.

John Dramani Mahama est un ancien vice-président qui a été catapulté à la tête de l'État en juillet après la mort inattendue de l'ancien président John Atta Mills.

M. Akufo-Addo est un ex-ministre des Affaires étrangères et le fils d'un ancien président. En 2008, il a perdu sa course présidentielle contre M. Mills par moins d'un pour cent des voix.

Les deux candidats disent vouloir exploiter les ressources pétrolières récemment découvertes pour aider les plus pauvres.

Le Ghana, dont l'économie a le plus haut taux de croissance de la région, est divisé par un gouffre d'inégalités entre ceux qui profitent de la manne pétrolière, minière et chocolatière, et ceux qui en sont exclus.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook