Les Palestiniens demandent à l'ONU de faire cesser la colonisation israélienne

Un Palestinien s'oppose à l'expansion d'une colonie à Yad Yair, près de Ramallah, en Cisjordanie. Un Palestinien s'oppose à l'expansion d'une colonie à Yad Yair, près de Ramallah, en Cisjordanie (archives)  Photo :  AFP/Abbas Momani

La délégation palestinienne aux Nations unies a contacté le secrétaire général, Ban Ki-moon, pour proposer le vote d'une résolution destinée à mettre fin aux projets israéliens de colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, a annoncé mercredi le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

Le gouvernement israélien a approuvé la poursuite de deux projets qui prévoient la construction de quelque 7500 logements dans les territoires occupés. Ce plan aurait pour effet de couper la Cisjordanie en deux et menacerait la viabilité d'un futur État palestinien souverain.

Le projet est interprété comme un acte de défiance après la reconnaissance par les Nations unies du statut d'État pour la Palestine, la semaine dernière.

« Les plans de colonisation annoncés par Israël franchissent la ligne rouge », a déclaré Mahmoud Abbas, en estimant que cette opération ne devait pas avoir lieu.

Si les projets de colonisation se poursuivent, « un accord de paix [...] n'est même pas envisageable », a ajouté un proche collaborateur de M. Abbas, Saeb Erekat.

« C'est ici que ça se passe », disent les Israéliens

Le porte-parole du ministre israélien des Affaires étrangères, Yigal Palmor, a estimé que les Palestiniens devraient plutôt se tourner vers les Israéliens pour régler la situation au lieu de se plaindre à l'ONU. « C'est ici que ça se passe, pas à New York », a-t-il déclaré. « S'ils [les Palestiniens] ont quelque chose à nous dire, ils devraient se tourner vers nous directement. »

Le comité d'urbanisme israélien en Cisjordanie a déposé mercredi un projet concernant 3400 logements dans une zone contestée appelée E1. Le projet Givat Hamatos, où 4000 autres logements devraient être bâtis, suit également son cours et une autre commission devrait approuver la prochaine étape vers la mi-décembre.

Il y a deux ans, les États-Unis avaient opposé leur veto à une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU qui condamnait les projets de colonisation israéliens. L'administration américaine avait alors estimé que cette résolution allait rendre difficiles les négociations de paix entre Israël et les Palestiniens.

« Si les États-Unis veulent arrêter [les projets de colonisation] sans passer par le Conseil de sécurité, ils devraient le faire », a estimé Saeb Erekat. Les Américains « ne peuvent faire usage de leur veto contre des gens qui tentent de sauver le processus de paix », a-t-il dit.

Associated Press

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook