Le monde arabe en mutation

Syrie: des combattants libanais tués, les communications toujours coupées

Des rebelles bloquent des rues de Damas, la capitale syrienne. Des rebelles bloquent des rues de Damas. (archives)  Photo :  AFP

Les forces de sécurité syriennes ont tué vendredi près de 20 hommes armés libanais qui combattaient avec les rebelles, faisant craindre un embrasement de la région.

Des responsables de la sécurité au Liban ont déclaré que les Libanais avaient été tués alors qu'ils tentaient d'entrer dans la ville syrienne de Tal Kalakh, près de la frontière libanaise. Ces responsables ont réclamé l'anonymat, parce qu'ils n'étaient pas autorisés à faire des déclarations aux médias.

Les médias officiels syriens ont également rapporté l'information. Selon l'agence SANA, 17 Libanais ont été tués à Tal Kalakh.

Le Liban est particulièrement susceptible d'être entraîné dans le conflit syrien. Les deux pays partagent un réseau complexe de liens politiques et communautaires, et les rivalités peuvent s'enflammer rapidement. Depuis le début du conflit en Syrie, des affrontements entre partisans et opposants du président syrien Bachar Al-Assad ont éclaté à plusieurs reprises au Liban.

Cet incident survient alors que les rebelles tentent depuis quelques jours de se rapprocher de la capitale, Damas.

Combats à Damas

Vendredi, des soldats syriens ont affronté des rebelles dans et autour de la capitale, alors que les connexions à Internet et la plupart des lignes téléphoniques du pays étaient coupées pour le deuxième jour consécutif. Mais les combats près de l'aéroport semblaient s'être apaisés.

La route vers l'aéroport a été rouverte. Le directeur de l'Agence syrienne de l'aviation civile, Ghaidaa Abdul-Latif, a indiqué que l'aéroport fonctionnait « comme d'habitude ». La veille, de violents combats avaient forcé la fermeture de la route de l'aéroport et la suspension des vols.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme et des résidents interviewés pendant qu'ils quittaient la Syrie vendredi, il y a toujours des affrontements sporadiques dans certains secteurs de la capitale et dans ses banlieues.

Un chauffeur de minibus a déclaré avoir entendu des explosions au loin pendant qu'il circulait à Damas.

« Il y a des mesures de sécurité extrêmes aujourd'hui à Damas », a dit le chauffeur. Il s'apprêtait à franchir la frontière du Liban avec plusieurs femmes et enfants à bord de son véhicule.

« Nous avons été arrêtés à plusieurs points de contrôle », a-t-il dit à l'Associated Press. « Nos cartes d'identité ont été vérifiées et ils ont ouvert tous les sacs et les valises. »

Communications toujours coupées

La coupure des moyens de communication en Syrie fait craindre une nouvelle explosion de violence à l'abri des regards. Internet représente un outil important pour l'opposition depuis le début du conflit en Syrie, qui a fait plus de 40 000 morts, selon les militants de l'opposition.

Les autorités syriennes ont déjà par le passé coupé Internet et les liaisons téléphoniques dans des zones visées par des opérations militaires. Vendredi, certaines lignes téléphoniques fonctionnaient sporadiquement.

Situation inquiétante à Homs

Le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a par ailleurs annoncé vendredi avoir découvert une situation désespérée à Homs, dans le centre du pays, où des milliers de personnes vivent dans des abris non chauffés. Selon le Croissant-Rouge syrien, il y a environ 250 000 déplacés dans et autour de la ville.

Une équipe de travailleurs humanitaires s'est rendue sur place mercredi et jeudi pour apporter des fournitures de première nécessité qui manquent cruellement. L'équipe a constaté que les hôpitaux étaient fermés et que de nombreux enfants étaient privés d'école depuis 18 mois, selon la porte-parole du HCR, Melissa Fleming.

Associated Press

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook