UMP : Copé et Fillon revendiquent la victoire

Radio-Canada avec Agence France-Presse, Reuters et Associated Press
François Fillon réclame la victoire à la présidence de l'UMP. François Fillon réclame la victoire à la présidence de l'UMP.  Photo :  AFP/KENZO TRIBOUILLARD

L'élection d'un successeur à Nicolas Sarkozy à la présidence de l'Union pour un mouvement populaire (UMP) a tourné à la guerre ouverte dimanche soir en France, où Jean-François Copé et François Fillon revendiquent tous les deux la victoire.

Quelque 300 000 militants étaient appelés à voter pour désigner le président de l'UMP et chef de l'opposition. L'ex-premier ministre François Fillon était le favori des sondages face à Jean-François Copé, partisan d'une ligne politique très à droite basée sur le modèle de Nicolas Sarkozy.

L'issue de ce scrutin est importante puisque le vainqueur sera le président de l'UMP jusqu'en 2015, ce qui lui donnera une longueur d'avance pour la présidentielle de 2017.

M. Copé a tiré le premier en délivrant un discours de la victoire depuis le siège de l'UMP devant ses partisans et les journalistes, en revendiquant 1000 voix d'avance.

Quelques minutes plus tard, devant tout autant de partisans et de médias, François Fillon a revendiqué la victoire avec 224 voix d'avance. L'ex-premier ministre a déclaré qu'il attendait avec « sérénité » la proclamation officielle du vote par une commission interne.

Tard en soirée, seuls les résultats d'une trentaine de départements sur 650 bureaux de vote avaient été validés et on ignorait toujours quand la commission électorale de l'UMP serait en mesure de déclarer un vainqueur.

« Pour l'instant, il n'y a pas de vainqueur, [...] car les chiffres sont très proches l'un de l'autre », a déclaré dans la nuit de dimanche à lundi le président de la commission électorale interne, Patrice Gélard.

S'accusant mutuellement de fraudes, les deux camps ont par ailleurs annoncé qu'ils saisiraient cette commission des irrégularités qu'ils ont enregistrées. L'équipe Copé remet en question les résultats dans une circonscription de Nice, alors que l'équipe Fillon évoque des fraudes dans un bureau de vote à Paris.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

info en continu

Facebook