L'opposition syrienne aura un ambassadeur à Paris

Le président français François Hollande et le représentant de la Coalition de l'opposition syrienne, Ahmad Moaz al-Khatib Le président français François Hollande et le représentant de la Coalition de l'opposition syrienne, Ahmad Moaz al-Khatib  Photo :  AFP/Kenzo Tribouillard

François Hollande a franchi samedi un cran supplémentaire dans le soutien de la France à l'opposition syrienne en annonçant l'installation prochaine à Paris d'un ambassadeur de la coalition formée dimanche dernier. Le président de la République a souhaité que « ce qu'a décidé la France serve d'exemple, et même de processus », pour la communauté internationale.

Le chef de l'État a reçu samedi matin à l'Élysée le président de la Coalition nationale syrienne, Ahmad Moaz al Khatib, accompagné d'une délégation de quatre personnes, dont Mounzir Makhous, le nouvel ambassadeur de l'opposition syrienne en France.

« La France a rappelé combien elle était attachée à trouver rapidement une solution, qui devait d'abord passer par l'affirmation d'une transition politique. C'est pourquoi j'ai pris la décision de reconnaître la coalition comme la représentante légitime du peuple syrien, j'ai même ajouté une conséquence, c'est qu'il y aura un ambassadeur de la Syrie en France, qui sera désigné par le président de la coalition », a déclaré François Hollande à la presse à l'issue d'un entretien d'une heure et quart avec la délégation syrienne.

Il a précisé que l'actuelle ambassade de Syrie en France « n'appartient pas à la France ». « Mais nous veillerons à ce que le nouvel ambassadeur puisse être accueilli dans un lieu qui lui permette de représenter convenablement le peuple syrien ».


Associated Press

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook