Crise à la BBC : deux nouvelles démissions

Radio-Canada avec Agence France-Presse, Reuters et BBC
La BBC  Photo :  AFP/Nicolas ASFOURI

Deux jours après la démission du directeur général de la British Broadcasting Corporation (BBC), la directrice de l'information, Helen Boaden, et son adjoint, Steve Mitchell, quittent leur poste, ont annoncé lundi les chaînes de télévision BBC et Sky News.

Cette annonce survient alors que le groupe, qui fait partie des institutions du Royaume-Uni, vit une crise pour sa gestion éditoriale de récents scandales entourant son ancien animateur-vedette Jimmy Savile ainsi qu'un ex-haut responsable conservateur.

Mme Boaden et M. Mitchell quittent leurs fonctions en attendant les conclusions de l'enquête sur les raisons qui ont conduit la BBC à déprogrammer à la fin 2011 un reportage de l'émission Newsnight, qui donnait la parole à des victimes de Jimmy Savile, accusé d'agressions sexuelles.

« Helen Boaden a décidé qu'elle n'était pas en mesure d'assumer ses responsabilités tant que l'enquête Pollard n'est pas achevée », a indiqué la BBC par voie de communiqué. Elle sera remplacée par Fran Unsworth, alors que le vice-directeur de l'information, Stephen Mitchell, le sera par Ceri Thomas.

La chaîne publique a essuyé plusieurs critiques au cours des dernières semaines après les révélations concernant Jimmy Savile, décédé en 2011 à l'âge de 84 ans.

Il est aujourd'hui soupçonné d'avoir agressé quelque 300 enfants et adolescentes pendant quatre décennies, dont certains dans les locaux de la BBC. Et le diffuseur public est accusé d'avoir tenté d'étouffer le scandale.

La crise s'est encore aggravée vendredi dernier lorsque la BBC a présenté des excuses « sans réserve » pour avoir diffusé une enquête dans laquelle un témoin affirmait avoir été victime de sévices sexuels de la part d'un ancien membre du Parti conservateur dans les années 1970.

Bien que la chaîne n'ait pas identifié ce responsable, le nom de l'ancien trésorier conservateur Alistair McAlpine a ensuite largement circulé sur Internet. M. McAlpine a démenti ces allégations avant que son accusateur, Steve Messham, ne reconnaisse que McAlpine n'était pas l'auteur des sévices qu'il avait subis et qu'il s'était trompé sur son identité.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook