Vague de violence à Sao Paulo, au Brésil

Des cambrioleurs seraient à l'origine de l'incendie de cet autobus, à Sao Paulo, au Brésil Des cambrioleurs seraient à l'origine de l'incendie de cet autobus, à Sao Paulo, au Brésil  Photo :  AFP/Yasuyoshi Chiba

Au moins 140 personnes ont été assassinées dans la plus grande ville du Brésil au cours des deux dernières semaines, a annoncé le département de la Sécurité publique de Sao Paulo.

La vague meurtrière a débuté en septembre, mois au cours duquel 144 personnes ont été tuées, selon le site Internet du département. Il indique qu'un total de 982 homicides ont eu lieu dans la ville durant les neuf premiers mois de l'année.

Les victimes incluent 90 policiers, la plupart d'entre eux assassinés alors qu'ils n'étaient pas en service.

Les assassinats de policiers ont été commandés depuis la prison par les chefs d'un gang, pour se venger des mesures policières contre le commerce de stupéfiants, a déclaré sous le couvert de l'anonymat samedi un responsable du département de Sécurité publique.

Un gang en contrôle?

Le gang en question, nommé Premier commando de la capitale, est l'un des groupes de crime organisé les plus notoires au Brésil. Il est opère depuis les prisons d'État de Sao Paulo et est prétendument à l'origine de plusieurs séries d'attentats contre la police, des édifices gouvernementaux, des banques et des autobus en 2006.

Ces attentats et leurs représailles policières dans les bidonvilles de Sao Paulo ont fait plus de 200 morts.

À la suite de la plus récente vague de violence, certaines écoles et des commerces dans certains secteurs de la ville ont fermé plus tôt cette semaine alors que s'intensifiaient des rumeurs d'un couvre-feu imposé par les gangs.

La semaine dernière, les autorités de l'État de Sao Paulo ont annoncé que les leaders incarcérés du Premier commando de la capitale qu'ils croient responsables de coordonner les attentats seront transférés vers une prison fédérale à sécurité maximale à l'extérieur de l'État.


Associated Press

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook