Barack Obama et Mitt Romney courtisent une nouvelle fois l'Ohio

Le candidat démocrate Barack Obama s'adresse à des partisans lors d'un arrêt de sa campagne à l'université Kent State, en Ohio. Le candidat démocrate Barack Obama s'adresse à des partisans lors d'un arrêt de sa campagne à l'université Kent State, en Ohio.  Photo :  AP/Pablo Martinez Monsivais

Barack Obama et son adversaire républicain ont de nouveau courtisé l'Ohio mercredi, une journée qui revêtait un certain caractère d'urgence pour Mitt Romney, alors que de nouveaux sondages montrent qu'il a pris du retard sur le président sortant dans cet État.

Au lendemain de son discours à l'Assemblée générale de l'ONU, Barack Obama a prononcé des discours mercredi dans deux universités de cet État du Midwest, en espérant susciter le même enthousiasme chez les jeunes électeurs que celui qui avait contribué à sa victoire il y a quatre ans.

Le candidat républicain avait quant à lui prévu trois arrêts dans les grandes villes de l'Ohio, dans le cadre d'une tournée en autocar destinée à souligner ses différences avec le président sortant sur le dossier de l'économie, qui reste le premier sujet de préoccupation des électeurs.

Les deux candidats à la présidence des États-Unis savent à quel point l'Ohio et ses 18 grands électeurs sont importants pour remporter l'élection. Si Mitt Romney perdait l'Ohio, cela nuirait sérieusement ses chances d'atteindre les 270 grands électeurs requis pour gagner la présidentielle. Jamais un candidat républicain n'a été élu président en ayant perdu l'Ohio.

Le temps file, à moins d'une semaine du début du vote anticipé dans cet État, le 2 octobre. Les deux candidats se préparent aussi pour le premier de leurs trois débats télévisés la semaine prochaine, une nouvelle occasion pour Mitt Romney de montrer son potentiel devant un large auditoire.

La visite de Barack Obama en Ohio mercredi était sa treizième depuis le début de l'année, a indiqué son équipe de campagne. Mitt Romney a quant à lui visité cet État à dix reprises depuis le 1er mai, selon son équipe, en plus de sept visites durant la campagne des primaires.

À six semaines de l'élection présidentielle, Barack Obama est en avance en Ohio, aidé par des signes de reprise de l'économie. Un sondage publié mardi dans le Washington Post crédite M. Obama d'une avance dans cet État qui dépasse la marge d'erreur. Barack Obama est également en avance sur son rival sur la gestion de l'économie, un dossier sur lequel M. Romney avait l'avantage jusqu'à récemment.

Un autre sondage CBS/New York Times donne également le président sortant en tête dans l'Ohio ainsi qu'en Floride, un autre des dix États pivots qui détermineront l'issue du scrutin. Ces États pivots ne sont généralement pas acquis à un parti et font l'objet d'importantes campagnes publicitaires.

La Maison-Blanche a dit avoir confiance en la victoire de Barack Obama.

« Alors que le temps file, le terrain semble se rétrécir pour eux », a déclaré une porte-parole de la campagne démocrate, Jen Psaki, devant les journalistes présents à bord d'Air Force One, l'avion présidentiel, qui conduisait Barack Obama dans l'Ohio. « En ce sens, nous préférons notre position à la leur. »

Pour Mitt Romney, l'Ohio représente un défi. Le plan de sauvetage de l'industrie automobile adopté par le président Obama y est populaire et cet État affiche une santé économique meilleure que la moyenne du pays. Le taux de chômage y est de 7,2 %, comparativement à 8,1 % au niveau national.

Ces bons chiffres ébranlent le discours du candidat républicain, qui martèle que les politiques économiques du président Obama ne fonctionnent pas.

Lors de sa première étape dans l'Ohio, Mitt Romney a attaqué Barack Obama au sujet de la dette des États-Unis, affirmant qu'elle pourrait grimper jusqu'à près de 20 000 milliards $ US. La dette américaine est présentement de 16 000 milliards et continuer d'augmenter.

Les deux candidats se sont aussi attaqués mutuellement au sujet des politiques commerciales avec la Chine, accusée notamment de ne pas respecter les règles d'exportation mises en place par l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Les électeurs de la classe moyenne sont sensibles à cette question, plusieurs ayant été affectés par la compétition menée par les fabricants chinois d'automobiles.

« Quand les gens trichent, cela tue des emplois », a lancé Mitt Romney lors d'un rassemblement mardi. « La Chine a triché. Je ne permettrai pas que cela continue. »

Mercredi, Barack Obama a accusé Mitt Romney d'exprimer une « indignation de fraîche date » à ce sujet.

L'un des porte-parole de la campagne du président sortant, Ben Labolt, a répliqué en critiquant les investissements du multimillionnaire Romney dans des entreprises chinoises.

« Comment pouvons-nous lui faire confiance pour tenir tête à la Chine quand il profite du fait que la Chine enfreint les règles? », a-t-il dit dans un communiqué.


Associated Press

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook