Flottille d'aide : la Grèce empêche les bateaux de mettre les voiles vers Gaza

Radio-Canada avec Agence France-Presse et Reuters
L'ordre est venu des plus hautes autorités, rapporte Alexandra Szacka.

Un bateau américain a été arrêté vendredi par les gardes-côtes helléniques peu après avoir quitté la Grèce à destination de Gaza, défiant l'interdiction d'Athènes, selon des militants à bord.

L'embarcation baptisée The Audacity of Hope (L'audace de l'espoir), qui fait partie de la « flottille de la liberté », avait pris le large depuis le port de Pirée, non loin de la capitale. Les militants à bord affirment qu'ils transportent 3000 lettres de soutien à la population de l'enclave palestinienne.

Peu de temps avant, le ministère grec de la Protection du citoyen avait diffusé un communiqué « interdisant à tout bateau battant pavillon grec ou étranger d'appareiller des ports grecs à destination de Gaza » pour empêcher une violation du blocus maritime israélien.

Un bateau canadien bloqué

Le Tahrir, un bateau canadien de la flottille, est quant à lui resté à quai vendredi après que des fonctionnaires grecs soient montés à bord, exigeant son permis. Les occupants leur ont remis le document, assurant que le navire remplit toutes les conditions nécessaires pour mettre les voiles.

Sandra Ruch, la propriétaire du Tahrir, tente actuellement de récupérer le permis du bateau auprès des autorités portuaires.

Ces navires américain et canadien sont deux des neuf bateaux qui prévoient se rendre à Gaza pour acheminer de l'aide humanitaire aux habitants, malgré les menaces israéliennes de les empêcher d'atteindre leur destination. Israël justifie son blocus par la volonté d'empêcher que des armes soient livrées aux islamistes du Hamas, qui contrôle Gaza depuis quatre ans.

L'État hébreu a déjà annoncé qu'il n'autoriserait aucun navire à accoster à Gaza et a menacé les journalistes qui participeront à l'expédition de leur interdire d'entrer en Israël pendant dix ans. Il a par la suite retiré sa menace. La journaliste de Radio-Canada Alexandra Szacka se trouve à bord du bateau canadien qui mouille en Grèce.

Vendredi matin, les militants disaient espérer que le départ de la flottille se fasse au courant du week-end en dépit de retards répétés qu'ils imputent au « sabotage » israélien.

La flottille compte se diriger vers l'enclave palestinienne un peu plus d'un an après que la marine israélienne eût attaqué une autre flottille pro-palestinienne qui avait approché la bande de Gaza. Neuf militants turcs avaient été tués dans les affrontements à bord, provoquant un tollé international.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu