La Nouvelle-Zélande déclare l'état d'urgence

Radio-Canada avec Agence France-Presse, Reuters et The Press
Témoin de l'événement ? Envoyez-nous vos photos et vidéos.

Les sauveteurs fouillent toujours les décombres pour retrouver des survivants du séisme, rapporte Jean-Michel Leprince.

Le gouvernement de la Nouvelle-Zélande a déclaré l'état d'urgence à l'échelle nationale après le tremblement de terre qui a dévasté Christchurch, deuxième ville du pays.

Il accorde ainsi aux autorités de la défense civile de plus grands pouvoirs dans la zone sinistrée.

Par ailleurs, le bilan du tremblement de terre survenu mardi a été revu à la hausse. Le maire de la ville, Bob Parker, a indiqué que 75 personnes étaient mortes et que 300 autres étaient portées disparues.

Le précédent bilan dressé par les autorités faisait état de 65 morts. « Cinquante-cinq corps ont été identifiés à la morgue », a précisé le maire aux médias. « Nous avons également connaissance de 20 autres morts qui doivent encore être identifiés. »

Au cours d'un discours empreint d'émotion, le premier ministre, John Key, a affirmé que le pays allait se sortir de cette tragédie, a rapporté le site du quotidien local The Press. « Ce pays est derrière vous, et nous vous soutiendrons de toutes nos forces », a-t-il dit aux habitants de la ville de 340 000 habitants.

Les autorités disent craindre de nouvelles répliques.

Environ 400 personnes demeurent hébergées dans un refuge temporaire situé au parc Hagley. La veille, un millier de personnes ont dormi dans une immense tente qu'avait érigée la Croix-Rouge pour une exposition.

La recherche de survivants se poursuit

Les autorités poursuivent les opérations de recherche d'éventuels survivants. Quelque 500 policiers et militaires, aidés de grues, fouillent les décombres.

Deux autobus ont été écrasés par des débris, plusieurs bâtiments se sont effondrés et des incendies se sont déclarés, a indiqué la police dans un communiqué.

Une douzaine d'élèves japonais sont portés disparus, a indiqué un responsable à Tokyo. Neuf autres ont pu être secourus ainsi que deux enseignants.

Le tremblement de terre de magnitude 6,3 a aussi provoqué des pannes de courant et l'interruption des lignes téléphoniques.

Selon l'Institut géologique américain (US Geological Survey), l'épicentre du séisme était situé à environ 5 km de profondeur. Le tremblement de terre est le plus meurtrier à survenir au pays depuis 1931.

Deuxième ville en importance en Nouvelle-Zélande, Christchurch avait déjà été secouée par un séisme de magnitude 7 en septembre dernier, mais il n'avait pas fait de victimes.

Secouristes et citoyens travaillent ensemble pour aider les blessés. Secouristes et citoyens travaillent ensemble pour aider les blessés.  Photo :  AFP/NZ TV3
Le tremblement de terre a détruit le clocher d'une église. Le tremblement de terre a détruit le clocher de la cathédrale de Christchurch, un monument anglican construit au XIXe siècle.  Photo :  AFP/New Zealand Herald
Des gens marchent à travers les débris, encore en état de choc. Des gens marchent à travers les débris, encore en état de choc.  Photo :  AFP/Logan McMillan
Des voitures ont été écrasées par l'effondrement d'une maison. Des voitures ont été écrasées par l'effondrement d'une maison.  Photo :  AFP/Logan McMillan
Les pompiers fouillent dans les débris des immeubles détruits. Les pompiers fouillent dans les débris des immeubles détruits.  Photo :  PC/NZPA/David Wethey
Des employés brisent des fenêtres pour accueillir les secours qui viendront en échelles. Des employés brisent des fenêtres pour accueillir les secours qui viendront en échelles  Photo :  PC/New Zealand Herald

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook