Roquettes sur Israël et la Jordanie

Radio-Canada avec Agence France-Presse, Associated Press et Reuters
La station balnéaire d'Eilat, en Israël La station balnéaire d'Eilat, en Israël  Photo :  AFP/STR

Des roquettes, probablement tirées depuis le Sinaï, en Égypte, touchent la ville israélienne d'Eilat et le port jordanien d'Akaba, où une personne a été tuée et quatre autres, blessées.

Des roquettes ont été tirées lundi sur Eilat, en Israël, et l'une d'entre elles a frappé le port d'Akaba, en Jordanie, faisant un mort et quatre blessés.

Situées sur la côte de la mer Rouge, Eilat et Akaba, sont deux destinations touristiques très populaires.

Personne n'a été blessé à Eilat. Cependant, la roquette qui a frappé Akaba a explosé dans une rue devant un hôtel, tuant un chauffeur de taxi et faisant quatre blessés, dont l'un est dans un état grave.

Selon la police israélienne, les roquettes semblent avoir été tirées depuis la péninsule du Sinaï, en Égypte, où sont basés des militants islamistes. Les autorités égyptiennes ont démenti cette information, arguant que « tout tir de ce genre depuis le Sinaï impliquerait une logistique et des équipements qui ne sont pas envisageables compte tenu de l'importance du dispositif de sécurité dans cette péninsule. »

Sur les ondes de la radio publique, le maire d'Eilat, Méir Yitzak Halevy, a tout de même donné pour responsables de l'attaque des « fondamentalistes musulmans » qui agissent dans le Sinaï égyptien. Le maire a aussi tenu à rassurer les touristes, nombreux dans la ville, en assurant que « le calme régnait et qu'aucune mesure d'urgence n'avait été prise ».

Compte tenu de l'imprécision des roquettes Grad de 20 km de portée en cause ici, et de la proximité des deux villes touchées lundi, il est possible qu'un tir qui aurait visé Eilat ait pu atteindre par erreur Akaba.

La Jordanie a dénoncé l'attaque de lundi, qu'elle considère comme un « acte terroriste ». La Russie et les États-Unis, qui font partie avec l'Union européenne et l'ONU du Quartette pour le Proche-Orient, ont aussi dénoncé les tirs.

En avril dernier, des roquettes avaient été tirées dans la même région, tombant pour la plupart dans la mer, au large d'Eilat. Ces attaques n'avaient pas été revendiquées

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu