Israël s'en prend à un convoi humanitaire

Radio-Canada avec Agence France-Presse et Reuters
Daniel Thibeault rapporte la réaction d'Ottawa, alors que le PM israélien était au pays.
Le compte rendu de Maxence Bilodeau

L'assaut israélien mené contre une flottille internationale, chargée de 10 000 tonnes d'aide humanitaire à destination de la bande de Gaza, fait au moins 9 morts et 26 blessés, selon la télé israélienne.

Des commandos israéliens ont pris d'assaut une flottille qui se dirigeait vers la bande de Gaza avec 10 000 tonnes d'aide humanitaire, dans la nuit de dimanche à lundi. Le convoi était dans les eaux internationales lorsqu'il a été attaqué.

Au moins 9 des passagers de la flottille d'activistes propalestiniens ont été tués, selon les autorités israéliennes. Une ONG turque à Gaza a de son côté parlé de 15 morts. La majorité des victimes seraient des ressortissants turcs. La télévision israélienne évoquait en outre 26 blessés, dont 7 soldats israéliens.

Selon les organisateurs, l'aide consistait notamment en 100 maisons préfabriquées, 500 fauteuils roulants électriques ainsi que de l'équipement médical.

Les six navires avaient quitté Chypre la veille.

Israël avait prévenu les organisateurs de rebrousser chemin à défaut de quoi les bateaux seraient arraisonnés et transportés vers un port israélien d'où leurs passagers et équipages seraient renvoyés chez eux.

La cargaison devait, elle, être examinée par les autorités israéliennes avant sa distribution dans la bande de Gaza.

La communauté internationale a dénoncé l'opération israélienne.

« Flottille pour la liberté »

La flottille est une initiative du Mouvement Gaza libre. Environ 700 personnes d'une quinzaine de nationalités différentes se trouvaient à bord. Le convoi était composé d'activistes, des journalistes, de travailleurs humanitaires et de députés. Plusieurs pays, comme la France, l'Algérie, la Turquie, la Grèce, la Suède, l'Irlande, les États-Unis, la Grande-Bretagne, l'Australie, la Malaisie, la Serbie, le Koweït, la Belgique et la Norvège, étaient représentés.

Un Canadien de la Colombie-Britannique se trouvait sur l'un des six bateaux pris d'assaut par les commandos israéliens.

L'écrivain suédois Henning Mankell, auteur de romans policiers à succès, participait également à l'opération. Lui et huit de ses compatriotes ont été arrêtés en Israël après avoir été débarqués de la flottille, a annoncé dans la soirée le gouvernement suédois.

Le « Mouvement algérien de la société de la paix » a pour sa part indiqué qu'il était « sans nouvelles » d'une délégation de 32 Algériens qui comprend des députés, des journalistes et des médecins. L'assaut israélien aurait fait deux victimes dans la délégation, mais ces informations ne sont pas confirmées.

Quatre-vingt-trois activistes ont en outre été arrêtés pour l'instant, ont indiqué la police de l'immigration israélienne. Vingt-cinq d'entre eux ont accepté d'être expulsés, « Les autres vont aller en prison », a poursuivi le porte-parole, ajoutant que des « centaines d'autres » arrestations étaient attendues au cours de la nuit.

Israël justifie son intervention

Benyamin Netanyahou Benyamin Netanyahou  Photo :  PC/Adrian Wyld

Selon l'État hébreu, la flottille avait des motivations autres qu'humanitaires. Du même souffle, Israël a rejeté la responsabilité des affrontements sanglants sur les militants propalestiniens du convoi.

À l'issue de son entretien à Ottawa avec son homologue canadien, Stephen Harper, le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a dit « regretter » les pertes en vies humaines causées par l'intervention israélienne, ajoutant toutefois que les soldats israéliens n'avaient pas eu le choix.

« [Les soldats] ont été persécutés, ils ont été assommés, ils ont été battus, poignardés ». a-t-il soutenu. « Nos soldats devaient se défendre, défendre leurs vies, sinon ils auraient été tués » par les militants à bord du bateau, a-t-il déclaré.

Dans sa brève intervention devant les caméras, il a dit vouloir mettre l'incident « dans son contexte », affirmant que le Hamas cherchait à faire entrer des missiles à Gaza pour tirer « sur les villes, les enfants et les étudiants » israéliens.

La conférence de presse conjointe que devaient tenir lundi matin les deux premiers ministres a été annulée, car M. Netanyahou a décidé de quitter précipitamment le Canada pour rentrer chez lui et gérer la crise déclenchée par les événements.

Le chef de la marine israélienne, Eliezer Marom, a de son côté déclaré que le recours aux armes à feu n'a pas été nécessaire sur les autres bateaux de la flottille.

Le porte-parole du premier ministre Nétanyahou, Mark Regev, a de son côté affirmé: « Nous avons fait tous les efforts possibles pour éviter cet incident. Les militaires avaient reçu des instructions selon lesquelles un maximum de retenue devait être observé. » « Malheureusement, ils ont été attaqués avec une extrême violence par les gens sur le bateau, avec des barres de fer, des couteaux et des tirs à balles réelles », a-t-il ajouté.

Pour appuyer ses accusations, Israël a diffusé des images vidéo en noir et blanc tournées par l'armée israélienne lors de l'assaut sur un des bateaux de la flottille. On y voit des commandos descendre sur le pont et être attaqués par des passagers qui brandissent des piquets et des chaises.

Alors qu'un des commandos descend de l'hélicoptère au moyen d'une corde, un passager sur le pont lui lance un projectile et un groupe fonce vers lui avec des matraques.

Au moins deux personnes poussent violemment un membre du commando israélien vers le pont inférieur, et un autre brandit une chaise blanche au-dessus de sa tête au cours de la mêlée.

Témoignages des événements

Selon des militants propalestiniens témoins de l'assaut « les commandos israéliens ont sauté d'hélicoptères sur le cargo turc Mavi Marmara et commencé à tirer au moment où ils ont touché le pont. »

Dans sa dernière intervention téléphonique depuis le navire, le journaliste de la chaîne qatariote Al-Jazira Abbas Nasser a dit: « Je vous appelle en cachette, des centaines de soldats israéliens ont attaqué la flottille de la liberté et les passagers du bateau à bord duquel je me trouve se comportent avec beaucoup de courage. »

« Le capitaine de notre bateau est grièvement blessé et il y a deux autres blessés parmi les passagers », a-t-il ajouté avant l'interruption de la communication.

La communauté des internautes prend parti

Le web s'est transformé en un champ de bataille d'opinions. Les internautes débattent du pour et du contre de l'opération israélienne et de « la flottille de la liberté ». Vincent Grou a recueilli quelques vidéos concernant cette guerre en ligne.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants