La Norvège première, le Canada quatrième

Radio-Canada avec Agence France-Presse, Associated Press et Reuters

Le Canada vient en quatrième place dans le plus récent classement de l'indice de développement humain (IDH) compilé par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). Le pays est devancé par la Norvège, qui conserve la première position, l'Islande et l'Australie.

Le classement des pays les plus développés de la planète du Programme des Nations unies pour le développement place le Canada au 4e rang. La Chine est le pays qui progresse le plus. Les pays africains ferment la marche.

Le rapport du PNUD est établi à partir d'une formule tenant compte à la fois d'indicateurs sociaux (espérance de vie, alphabétisation, taux de diplomation, etc.) et d'indicateurs économiques, comme le produit intérieur brut et le taux de croissance. Il prend en compte des données compilées en 2007, soit tout juste avant la crise financière mondiale.

L'IDH est considéré comme très élevé dans 38 pays, élevé dans les 45 pays suivants, moyen pour quelque 75 autres et faible pour les 23 pays, presque tous africains, qui suivent la marche. Le Niger est le dernier pays du classement, devant l'Afghanistan et la Sierra Leone, la République centrafricaine et le Mali.

Le classement permet de mesurer les importantes disparités entre les pays de la planète. Ainsi, note le rapport, un travailleur norvégien gagne 85 $ pour chaque dollar gagné par un Nigérien. Le premier peut incidemment espérer vivre environ 30 ans de plus que le second, des disparités qui s'appliquent pour d'autres pays.

Plaidoyer en faveur de l'immigration

Dans son rapport, le PNUD plaide que la migration peut améliorer le développement humain pour les personnes migrantes, pour les communautés d'accueil et celles de départ. En moyenne, souligne l'agence, les travailleurs émigrés gagnent quinze fois plus que chez eux.

Se faisant, ils offfrent non seulement une réponse à la pénurie de main-d'oeuvre dans leur pays d'accueil, mais ils aident aussi leur communauté d'origine en y envoyant de l'argent. Ces sommes contribuent à doubler le taux de scolarisation des enfants dans les pays pauvres et à réduire significativement la mortalité infantile. Lire notre autre article à ce sujet.

Le vieillissement de la population dans les pays développés au cours des quatre prochaines décennies est un autre facteur contribuant à une demande d'une main-d'oeuvre immigrée, précise le rapport.

L'exercice permet aussi de mesurer la progression du niveau de vie dans plusieurs pays. La Chine, par exemple, est le pays qui a fait le bond le plus important, en passant de la 99e à la 92e place au classement en raison d'améliorations dans le domaine de l'éducation, d'une espérance de vie à la hausse et d'une progression des revenus des travailleurs.

Trois pays d'Amérique latine suivent dans l'ordre, soit le Pérou et la Colombie, qui ont grimpé de cinq places chacun, et le Venezuela du controversé président Hugo Chavez, qui progresse de quatre échelons.

Parmi les pays qui se retrouvent au haut du classement, la France a grimpé de trois places pour se retrouver 8e, tandis que le Luxembourg a fait le chemin inverse et se retrouve 11e. Le pays qui a le plus reculé est la Jamaïque, qui perd huit places et se retrouve centième.

« Malgré des améliorations significatives avec le temps, les progrès ont été inégaux », indique le PNUD dans un communiqué. « Beaucoup de pays ont connu des reculs ces dernières années, du fait des difficultés économiques, des crises liées à des conflits et de l'épidémie de VIH/Sida, et ce, avant même de ressentir les effets de la crise économique internationale. »

La crise financière mondiale pourrait modifier l'ordre du classement l'an prochain. L'Islande, notamment, a subi d'importants contrecoups, son système bancaire ayant été très exposé à des actifs adossés à des prêts hypothécaires à haut risque aux États-Unis.

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook