Radio-Canada.ca/Nouvelles

Grands titres Le monde Politique Économie Science et Santé


Lettre intégrale de Guy Cloutier
Mise à jour le jeudi 18 novembre 2004 à 13 h 33
.

Reproduction intégrale de la lettre de Guy Cloutier à ses proches telle que publiée dans les pages du Journal de Montréal du 18 novembre 2004



Montréal, le 17 novembre 2004

Écrire ce texte a été une des choses les plus difficiles que j'ai jamais eu à faire.

J'aurais aimé avoir le courage de vous dire tout ceci en face à face. Je ne l'ai pas eu. Je suis trop fatigué, trop déchiré et j'ai trop honte pour le faire.

J'ai retardé ma décision autant que j'ai pu et cru bon de le faire. Mais maintenant je dois faire face aux accusations, à la justice et à mon âme et conscience. Je vais prendre mes responsabilités, faire ce que j'aurais dû faire il y a longtemps et accepter les conséquences de mes gestes passés, de mes erreurs passées, de mon passé.

Aujourd'hui j'ai plaidé coupable.

Je veux vous dire à quel point je suis profondément triste de ce vous avez eu à vivre à cause de moi. Vous ne méritez rien de tout ceci et je veux vous remercier de m'avoir soutenu jusqu'à maintenant.

Rien de tout cela ne serait arrivé si j'avais su contrôler mes démons et mes émotions. C'est vrai qu'on tombe de haut. Surtout quand on se pousse soi-même. L'alcool, la faiblesse, des pulsions que je n'ai su contrôler et tout un concours de circonstances m'ont poussé à abuser de gens qui avaient confiance en moi.

Si vous décidez que vous ne voulez plus me voir ou me parler, je comprendrai. Mais je veux que vous sachiez à quel point je vous aime et à quel point je regrette toute cette situation et ce qu'elle vous créera comme peine et difficulté au cours des prochains jours et des prochains mois.

En sus de la décision finale de la Cour, ma sentence sera d'apprendre à vivre avec la honte de la douleur que j'ai causée, avec la peine de ma famille et de mes enfants qui ne savaient rien et qui n'ont rien su jusqu'à aujourd'hui ainsi qu'avec la colère et la rancune de mes amis.

Vous trouverez peut-être un jour la force de me pardonner. Je l'espère car je sais que moi je ne pourrai jamais me pardonner.

Guy Cloutier



Retour au nouvelles Retour aux nouvelles Haut de page  Haut de page
Imprimer   Partager avec un ami

 C'est arrivé le...


7 juin 1973

Début de la visite historique du chancelier ouest-allemand Willie Brandt en Israël.

     DANS L'ACTUALITÉ >>

ENJEUX: L'ÉNIGME ANDRÉ BOISCLAIR: une entrevue avec Raymond Saint-Pierre

Élections municipales 2005

Scandale des commandites Le Rapport Gomery

France: violences urbaines en région parisienne

     ARCHIVES >>

Scandales dans les coulisses du pouvoir - Les Archives de Radio-Canada

     DOSSIERS >>

Pakistan

Pakistan: séisme meurtrier, l'hiver menace les sinistrés

Cuba