Samsung annonce l'arrêt total de la production de son Galaxy Note 7

Radio-Canada avec Reuters, Agence France-Presse et Associated Press
Entrevue avec Normand Turgeon, professeur titulaire à HEC Montréal

Après avoir ordonné l'arrêt des ventes de son nouveau modèle de téléphone intelligent - le Galaxy Note 7 -, le géant sud-coréen Samsung Electronics met un terme à sa production en raison des risques d'incendies et d'explosions qu'il comporte.

Le groupe avait lancé le Galaxy Note 7 au cours de l'été en Asie et en Amérique du Nord, mais l'appareil n'aura pas survécu assez longtemps pour être vendu en Europe.

« Nous avons récemment réajusté les volumes de production pour permettre une enquête exhaustive et un contrôle de qualité, mais en faisant de la sécurité du consommateur notre préoccupation numéro un, nous sommes parvenus à la décision finale d'arrêter la production du Galaxy Note 7 », a déclaré la compagnie dans un communiqué.

Samsung, qui avait déjà procédé à deux rappels, a demandé à tous les détenteurs de son dernier modèle de l'éteindre et de ne plus l'utiliser.

Il s'agit d'un coup dur pour le numéro un mondial du téléphone intelligent, qui avait lancé son nouveau téléphone un mois avant que son concurrent Apple sorte son iPhone 7.

Les revenus et l'image de la société pourraient s'en ressentir

L'arrêt définitif de la commercialisation de l'appareil représente une perte de revenus anticipée de 22,6 milliards de dollars, selon l'estimation de Crédit Suisse. La somme représente les revenus que Samsung prévoyait engranger pour la totalité du cycle de production de l'appareil - quelque 19 millions de ventes -, qui se détaillait à 882 $ US aux États-Unis.

Le géant sud-coréen, dont la capitalisation boursière s'élève à 312,6 milliards de dollars et la trésorerie à 92 milliards, devrait réussir à surmonter cette perte. Le risque pour Samsung Electronics réside dans les effets à long terme de cet échec sur sa réputation et son image. « Nous pensons que l'incident du Note 7 pourrait également nuire à la demande pour les autres modèles de Samsung », écrivent les analystes du groupe financier japonais Nomura dans une note.

Outre les pertes financières et les atteintes à son image, Samsung Electronics doit également faire face à des poursuites judiciaires pour des incidents survenus avec le Galaxy Note 7. Au moins deux consommateurs américains réclament des dommages et intérêts à la société sud-coréenne.

L'entreprise a enregistré 92 cas de surchauffe de la batterie de l'appareil aux États-Unis, dont 26 ont causé des brûlures et 55 des dommages matériels, selon des informations révélées par l'organisme américain de régulation des télécommunications.

Des problèmes persistants

Samsung Electronics avait annoncé lundi qu'elle allait ajuster la production de son téléphone Galaxy Note 7 parce qu'on lui avait signalé de nouveaux cas d'appareils ayant pris feu, alors que l'entreprise pensait avoir résolu le problème.

À peine deux semaines après son lancement, le Galaxy Note 7 connaissait ses premiers ratés, forçant Samsung à procéder au rappel, début septembre, de quelque 2,5 millions d'appareils dans 10 pays, dont le Canada et les États-Unis, en raison d'un risque que la batterie prenne feu.

La compagnie avait alors comptabilisé 35 incidents où le Note 7 s'était enflammé, sans que personne ne soit toutefois blessé. Les coûts de ce seul rappel ont été évalués à au moins 1000 milliards de wons (1,19 milliard de dollars canadiens).

La compagnie sud-coréenne semblait avoir réglé le problème, jusqu'à ce que les propriétaires d'appareils de remplacement signalent à leur tour des incendies.

Info en continu

L'économie avec Gérald Fillion

Dossiers et plus