Bombardier Aéronautique supprimera 1800 postes d'ici quelques mois

La Presse Canadienne
Plus de 2700 personnes ont assisté au vol inaugural, à Mirabel Plus de 2700 personnes ont assisté au vol inaugural, à Mirabel  Photo :  PC/Ryan Remiorz

Bombardier éliminera quelque 1800 postes au cours des prochains mois dans le cadre d'une réorganisation de sa division aéronautique qui entraîne également le départ à la retraite du président de celle-ci, Guy Hachey.

Bombardier Aéronautique sera ainsi scindée en trois secteurs - avions d'affaires, avions commerciaux ainsi qu'aérostructures et services d'ingénierie - qui auront chacun leur dirigeant. Établie en Allemagne, la division transport de la société demeure intacte.

Une porte-parole, Isabelle Rondeau, a indiqué mercredi que les 1800 postes visés par la restructuration - représentant environ 5 % des 37 400 travailleurs de la division aéronautique - se trouvent surtout dans les « fonctions indirectes », pour lesquelles l'entreprise souhaite réduire sa main-d'oeuvre de 15 %.

Elle a cité comme exemples de fonctions indirectes les ressources humaines, des fonctions administratives et la division des services à la clientèle qui seront absorbées par les trois secteurs d'activité aéronautique, ce qui, selon la porte-parole, devrait entraîner une réduction des coûts.

« Nous effectuons des changements, car les résultats financiers n'ont pas été au rendez-vous et parce que nous voulons une structure plus légère », a-t-elle dit au cours d'un entretien téléphonique.

La CSeries en cause?

Mme Rondeau a affirmé que la réorganisation n'est pas une conséquence des pépins rencontrés par le programme de la CSeries, dont les essais en vol sont suspendus depuis la fin du mois de mai en raison de l'explosion d'un moteur.

« C'est une nouvelle étape dans l'évolution de Bombardier, a dit cette dernière. Cette nouvelle structure nous permettra d'avoir plus de flexibilité. »

Ces 1800 emplois supprimés s'ajoutent aux 1700 licenciements annoncés plus tôt cette année, surtout à Montréal et Mirabel.

« Il est encore trop tôt pour dire comment cela [la réorganisation] va toucher chacun de nos sites. » — Isabelle Rondeau, porte-parole de Bombardier

Âgé de 59 ans, M. Hachey est arrivé à la tête de la division aéronautique de Bombardier en 2008 après une carrière de 30 ans dans le secteur automobile - notamment chez General Motors et Delphi Automotive Systems.

Il quitte l'entreprise alors que les appareils d'essais de la CSeries sont toujours cloués au sol et que les retards accumulés par l'entreprise dans le programme de ce nouvel avion commercial feront en sorte que les premières livraisons sont maintenant prévues pour la deuxième moitié de 2015.

Dans un communiqué transmis après la clôture des marchés, M. Hachey dit prendre sa retraite en raison de la « réorganisation ».

« Guy a dirigé Bombardier Aéronautique pendant une période importante de son histoire, a affirmé le président et chef de la direction de l'entreprise, Pierre Beaudoin, par voie de communiqué. Je tiens à le remercier pour sa contribution au cours des six dernières années. »

Le président et chef de l'exploitation de Bombardier Aéronautique, Guy Hachey, à Montréal (archives) Le président et chef de l'exploitation de Bombardier Aéronautique, Guy Hachey, à Montréal (archives)  Photo :  PC/Paul Chiasson

Mme Rondeau n'a pas fourni d'autres détails sur la réorganisation et quant aux raisons du départ de M. Hachey.

« Il [M. Hachey] prend sa retraite », a dit la porte-parole de Bombardier.

La réorganisation fera en sorte que tous les secteurs d'activité relèveront directement de M. Beaudoin. La nouvelle structure sera en place le 1er janvier.

Les présidents des secteurs d'activité restent en poste, soit Lutz Bertling (transport), Éric Martel (avions d'affaires) et Mike Arcamone (avions commerciaux), alors que le président du nouveau secteur d'activité aérostructures et services d'ingénierie sera nommé « au cours des prochaines semaines ».

À la Bourse de Toronto, le titre de Bombardier a reculé de deux cents pour terminer à 3,74 $.