Or noir à vendre

Keystone : TransCanada bonifie son offre aux propriétaires réticents du Nebraska

La Presse Canadienne
Jim Tarnick, sur sa propriété de Fullerton, au Nebraska, dit qu'il n'a pas l'intention de laisser passer l'oléoduc de Keystone sur ses terres. Jim Tarnick, sur sa propriété de Fullerton, au Nebraska, dit qu'il n'a pas l'intention de laisser passer l'oléoduc de Keystone sur ses terres.  Photo :  PC/Alex Panetta

La compagnie TransCanada, qui est derrière le projet d'oléoduc Keystone XL, est prête à offrir jusqu'à sept fois le montant initial qu'elle avait proposé aux propriétaires de terres résistants du Nebraska.

Ces propriétaires affirment avoir reçu, au cours des dernières semaines, des offres écrites de la compagnie qui est prête à multiplier la compensation initialement offerte, à condition qu'ils signent rapidement.

Une famille, par exemple, a vu l'offre faite en 2012 de 8900 $US passer à 61 977,84 $US, le 13 janvier 2014, pour qu'elle laisse l'oléoduc passer sur son terrain.

Mais la famille doit rapidement prendre une décision. Un boni de 27 000 $US inclus dans ce montant diminue à 18 000 $US après 30 jours et disparaît complètement après 45 jours.

Selon Jeanne Crumly, une enseignante à la retraite, la compagnie en a marre des propriétaires réticents et veut avancer.

Ces offres bonifiées surviennent à un moment charnière pour l'oléoduc canado-américain, qui augmenterait du quart la quantité de pétrole acheminé aux États-Unis.

Non seulement les promoteurs de l'oléoduc espèrent commencer la construction en 2014, mais l'administration Obama pourrait décider dans les semaines à venir si elle approuvera le projet.

Au même moment, des propriétaires poursuivent le gouvernement du Nebraska pour un projet de loi qui les forcerait à permettre que Keystone XL traverse leurs terres.

Si toutefois ces mêmes propriétaires signent les ententes proposées par TransCanada, la poursuite perdrait des appuis et la construction de l'oléoduc pourrait aller de l'avant, si la Maison-Blanche donne son approbation.

En complément

  • or noir à vendre
    dossier -  Or noir à vendre L'exploitation des ressources gazières et pétrolières constitue le moteur de l'économie albertaine. Les prévisions de croissance de la production font de l'exportation l'enjeu central de ce secteur pour les années à venir. À ce chapitre, le gouvernement et l'industrie s'activent d'un côté à augmenter les exportations vers le seul marché actuel, les États-Unis, et de l'autre à se donner les moyens d'exporter dans les marchés asiatiques en pleine croissance. De plus, le projet d'acheminer le brut albertain vers l'Est du Canada, qui s'approvisionne majoritairement de l'étranger, est de nouveau discuté.

L'économie avec Gérald Fillion

Facebook