L'opposition à Québec réclame un budget

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Le chef libéral Philippe Couillard Le chef libéral Philippe Couillard, aux micros, entouré d'élus libéraux

Le chef libéral Philippe Couillard estime que la politique économique du gouvernement de Pauline Marois, présentée lundi, contient « plusieurs mesures tardives » et électoralistes. Il demande à Québec de présenter un nouveau budget, tout comme la Coalition avenir Québec (CAQ). 

« Le gouvernement doit absolument présenter un budget, surtout si on va en élections », a déclaré M. Couillard, qui accuse le gouvernement du Parti québécois d'avoir fait reculer l'économie de la province. Le gouvernement ne donne pas un portrait clair des finances de la province, selon lui.

Essentiellement, M. Couillard a répété les propos de la veille du député libéral et porte-parole de l'opposition en matière de développement économique, Sam Hamad. Les deux hommes considèrent que les dépenses dans le plan sont trop élevées et qu'il s'agit avant tout d'une stratégie électoraliste.

« Sur la colonne des dépenses, ils ajoutent 2 milliards, ils ont déjà défoncé de 40 % [les dépenses par rapport à leurs prévisions] et il en manque de l'argent de l'autre côté, alors c'est un plan électoraliste. C'est un gouvernement qui a été souverainiste, maintenant, c'est électoraliste », avait affirmé en entrevue M. Hamad lundi.

Le chef de la CAQ, François Legault Le chef de la CAQ, François Legault, au centre

Le chef de la CAQ, François Legault, a aussi répété ses attaques de la veille envers la nouvelle politique économique du gouvernement.

« Mme Marois a l'air ben pressée d'aller en élections avant d'avoir les prochains résultats trimestriels de ses finances publiques », a-t-il déclaré mardi midi. M. Legault a ajouté que son parti avait réclamé un nouveau budget bien avant la requête du Parti libéral. 

Intérêt pour l'emploi

Après plus d'une année au pouvoir, a mentionné M. Couillard, le gouvernement semble maintenant s'intéresser à l'emploi à l'approche possible d'élections. Certaines des mesures comprises dans le plan sont des propositions libérales, a-t-il ajouté, plaidant notamment pour un allégement fiscal et de la paperasse pour les entreprises.

En tournée aux Îles-de-la-Madeleine lundi, le chef libéral a d'ailleurs défendu son choix de ne pas être présent à Montréal pour commenter le document après sa publication par le gouvernement.

La veille, la première ministre Pauline Marois a présenté une nouvelle politique économique « Priorité emploi » pour créer 43 000 emplois de plus d'ici 2017. Québec compte sur des mesures budgétaires et fiscales de près de 2 milliards de dollars.