La Ville de Détroit vers une mise sous tutelle

Andrée-Anne St-Arnaud
Radio-Canada avec Agence France-Presse, Associated Press et Reuters
Graffiti sur un édifice abandonné à Détroit (archives) Graffiti sur un édifice abandonné à Détroit (archives  Photo :  AFP/J.D. Pooley

Au bord de la faillite, la Ville de Détroit héritera d'ici quelques jours d'un tuteur qui aura la tâche de redresser les finances du berceau nord-américain de l'industrie de l'automobile.

La mise sous tutelle de la Ville sera orchestrée d'ici peu par le gouverneur de l'État du Michigan, Rick Snyder. Le responsable de la restructuration de Détroit aura le pouvoir de décider unilatéralement de fermer des départements entiers de la municipalité, de modifier les contrats de travail, de vendre des actifs de la Ville et de réécrire des règlements.

Cette restructuration est devenue urgente puisque la Ville a complètement épuisé ses liquidités. Son déficit budgétaire pour l'exercice en cours devrait s'élever à 100 millions de dollars tandis que la dette dépasse déjà 14 milliards de dollars américains.

Le Detroit Free Press révélait récemment que le financement de certains programmes et services a tellement été réduit que les pompiers de la ville ont dû payer eux-mêmes le papier de toilette utilisé dans les casernes.

Les difficultés financières de la Ville et des géants de l'automobile qui stimulaient autrefois son économie ont poussé des centaines de milliers de personnes à quitter Détroit. La population est passée de 1,8 million de personnes en 1950 à 713 000 habitants aujourd'hui.

Cette chute démographique a fait plonger les revenus de la municipalité en plus de contribuer au déclin de son parc immobilier. Détroit a aujourd'hui l'allure d'une ville fantôme avec ses gratte-ciel en ruine, ses usines désaffectées et ses maisons abandonnées.

Tutelle controversée

Selon la chambre de commerce de Détroit, la mise sous tutelle est nécessaire et urgente afin d'éviter l'exode du petit nombre d'entreprises et d'employeurs toujours présents à Détroit. « Le rythme des changements doit être beaucoup plus rapide que la structure politique actuelle ne le permet et un gestionnaire d'urgence pourra changer cette dynamique », explique Sandy Baruah, directrice de la chambre de commerce régionale.

Cet avis n'est toutefois pas partagé par la plupart des membres de la communauté à majorité noire et démocrate. De nombreux habitants déplorent le fait que le choix du tuteur sera effectué par un gouverneur blanc et républicain. Ils évoquent déjà des décisions racistes et les tensions sociales s'exacerbent.

Au Michigan, quatre autres villes opèrent déjà sous tutelle: Benton Harbor, Ecorse, Flint et Pontiac. Dans l'ensemble des États-Unis, 21 municipalités sont tombées en défaut de paiement depuis un an, notamment Stockton en Californie et Central Falls au Rhode Island.