Premier déclin des ventes d’armes en 20 ans

Radio-Canada avec Agence France-Presse
Des soldats examinent une ceinture de balles. Des soldats examinent une ceinture de balles.  Photo :  AFP/JACK GUEZ

Pour la première fois en 20 ans, les ventes des 100 plus importants groupes d'armement du monde ont reculé en 2011, selon une étude du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri).

L'institut de recherche sur l'armement fait état d'un déclin des ventes de 5 % par rapport aux chiffres de 2010.

Les politiques d'austérité mise en place par de nombreux pays pour diminuer leurs dépenses seraient à la source du déclin. Le retrait des troupes occidentales d'Irak et d'Afghanistan peut aussi expliquer le recul des ventes, tout comme l'embargo sur les armes imposé à la Libye.

Les pacifistes ne peuvent toutefois pas se réjouir trop rapidement, puisque le Sipri rappelle que depuis 2002 les ventes d'armes ont tout de même augmenté de 51 %.

Les sociétés américaines trônent sans surprise au sommet du palmarès des 100 plus grands vendeurs, avec 60 % des ventes mondiales d'armes en 2011. Ils sont suivis par les entreprises européennes, qui ont enregistré 29 % des ventes.

C'est l'Américaine Lockheed Martin, avec un chiffre d'affaires de 36 milliards de dollars, qui arrive en tête, devant sa compatriote Boeing. La Britannique BAE Systems arrive en troisième position.

À noter, la liste n'inclut pas les ventes des entreprises basées en Chine, étant donné l'absence de données provenant de ce pays. On sait néanmoins que les fournisseurs chinois produisent des armes pour le pays disposant du deuxième plus gros budget militaire du monde.

À la recherche de nouvelles sources de revenus

Pour éviter les contrecoups des compressions budgétaires des États, plusieurs entreprises d'armement se sont restructurées, explique la spécialiste de l'industrie militaire Susan Jackson.

« Les entreprises mettent en œuvre des stratégies qui tiennent compte des changements de perception des menaces depuis le 11 septembre 2001, tout en essayant de maintenir leurs acquis », soutient Susan Jackson dans un communiqué du Sipri. Des compagnies comme Raytheon, BAE System et EADS Cassidian vont par exemple cibler davantage le secteur civil, notamment la sécurité informatique, tout en maintenant leurs liens avec l'industrie militaire.

info en continu

L'économie avec Gérald Fillion

Facebook