Québec ouvert à l’accord Canada-UE malgré les quotas de fromage

Radio-Canada avec Agence France-Presse
Entrevue avec le ministre Jean-François Lisée

Québec ne ferme pas la porte à approuver l'accord de libre-échange Canada - Union européenne, même si les quotas de fromages importés augmentent.

En entrevue à l'émission RDI Économie, le ministre des Relations internationales et du Commerce extérieur, Jean-François Lisée, a déclaré qu'il fallait évaluer les gains et les pertes pour les agriculteurs.

Les pays de l'Union européenne ont actuellement droit à un quota non tarifé d'exportations de fromages au Canada d'environ 13 000 tonnes. Mais ils voudraient ajouter 10 000 tonnes à ce quota.

« Les Européens plaident que la croissance du marché au Canada permet cette augmentation et que même avec cette augmentation, ils n'occuperaient pas toute la croissance du marché », dit M. Lisée.

L'Union des producteurs agricoles (UPA) dit cependant que chaque tonne supplémentaire de fromage importé représente de la production en moins au Québec, donc de l'emploi en moins.

Le gouvernement est d'accord avec l'UPA, dit M. Lisée. Mais le ministre dit aussi que l'agriculture est une compétence de niveau fédéral et que c'est donc Ottawa qui prend les décisions dans ce dossier.

Même si le Québec refuse de signer l'accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne, celui-ci pourrait être adopté, expose Jean-François Lisée. Or, l'accord en négociation prévoit pour son application que les provinces modifient leurs lois provinciales. Aussi, si une province n'est pas d'accord avec ses dispositions, « dans les faits, politiquement, le poids du Québec fait que ce serait un accord vide de sens ».

Un Québec souverain doublerait l'immigration française

Lors d'une conférence du Conseil des relations internationales de Montréal, Jean-François Lisée a par ailleurs déclaré qu'un Québec indépendant pourrait rapidement doubler le nombre de jeunes Français immigrants. En ce moment, cette « main-d'œuvre qualifiée et francophone » nous fait « cruellement défaut », estime le ministre.

Au cours des neuf premiers mois de l'année 2012, les 4000 immigrants français étaient le deuxième groupe d'immigrants le plus nombreux à arriver au Québec, derrière les 4500 Chinois accueillis.

Négocier avec l'Inde et le Japon aux côtés d'Ottawa

Québec veut avoir sa place aux côtés d'Ottawa aux tables de négociations des accords de libre-échange avec le Japon et l'Inde, a indiqué Jean-François Lisée.

Les provinces ne sont pas impliquées directement dans ces discussions.

L'Inde et le Japon sont les pays les plus importants avec lesquels Ottawa négocie actuellement un libre-échange. Des négociations sont également en cours avec l'Ukraine, le Maroc, la Communauté des Caraïbes et le Partenariat transpacifique (Australie, Brunei, Chili, États-Unis, Malaisie, Mexique, Nouvelle-Zélande, Pérou, Singapour et Vietnam).

Plusieurs autres projets de libre-échange ont été suspendus pour diverses raisons au cours des dernières années: Corée, Turquie, Singapour et République dominicaine.

info en continu

L'économie avec Gérald Fillion

Facebook