Washington pourrait poursuivre Standard and Poor's

Radio-Canada avec Agence France-Presse, Bloomberg et Reuters
Logo de Standard & Poor's  Photo :  AFP/Eric Piermont

Le département américain de la Justice a informé l'agence de notation Standard and Poor's qu'elle allait être visée par une procédure judiciaire pour avoir sous-évalué les risques de certains actifs immobiliers à l'origine de la crise financière.

Dans un communiqué, l'agence précise qu'elle « se défendra vigoureusement » contre des accusations qu'elle juge « erronées » et « injustifiées ». Une plainte pourrait être déposée dès cette semaine par la justice américaine, précise le Wall Street Journal, qui ajoute que des procureurs de plusieurs États américains se joindraient au département de la justice.

Standard and Poor's, une filiale du groupe de médias américain McGraw-Hill, a souligné lundi que la plainte se concentrait « sur ses notations en 2007 de certaines obligations américaines adossées à de la dette ». Ces titres financiers étaient basés sur des montages financiers complexes et liés à des emprunts immobiliers à haut risque.

C'est l'exposition très élevée de nombreuses banques à ce type de produits qui avait été l'une des principales causes de la crise financière mondiale de 2007-2008, conduisant à la faillite d'institutions comme Lehman Brothers.

Lundi, le titre de McGraw-Hill a perdu près de 14 % de sa valeur à la Bourse de New York à 50,30 $US.

Les grandes agences de notation, comme Standard and Poor's, mais aussi ses concurrentes Moody's et Fitch, ont été souvent critiquées pour ne pas avoir vu venir la crise. En janvier 2011, la Commission d'enquête sur la crise financière estimait d'ailleurs que les agences de notation avaient été des « rouages essentiels » de cette catastrophe financière.

Les principales agences de notation

Ce serait la première fois qu'une des principales agences de notation se retrouve directement devant la justice aux États-Unis, le département de la justice s'étant surtout attaqué aux banques jusqu'à présent. « Ce procès est important, car il pourrait augurer d'actions futures de la part du gouvernement ou encore, ce qui serait même pire pour les agences de notation, de nouvelles procédures par des investisseurs », explique le professeur de droit Jeffrey Manns de l'Université George Washington, à Washington.

L'action Moody's a perdu 10,7 % à 49,45 $US à la Bourse de New York lundi.

En complément

L'économie avec Gérald Fillion

Facebook