Les défectuosités du 787 Dreamliner de Boeing se multiplient

Radio-Canada avec La Presse Canadienne et Reuters
Des employés de Boeing devant le premier avion 787 Dreamliner, à Everett dans l'État de Washington. Des employés de Boeing devant le premier avion 787 Dreamliner, à Everett dans l'État de Washington.  Photo :  AFP/Stephen Brashear

Boeing maintient sa confiance vis-à-vis de son 787 Dreamliner en dépit du fait que ce modèle d'appareil a subi mercredi un troisième incident en autant de jours. Le plus récent incident est survenu mercredi dans l'ouest du Japon : le transporteur All Nippon Airways a dû annuler un vol en raison d'un problème de freinage d'un Boeing 787.

Mardi, une fuite d'essence avait retardé de quatre heures le décollage d'un autre 787, cette fois à l'aéroport international Logan, à Boston. Enfin, lundi, toujours à Boston, un incendie électrique s'était déclaré à bord d'un Dreamliner qui venait d'arriver de Tokyo.

Aucun des trois incidents n'a fait de blessés.

En dépit de ces désagréments, les transporteurs JAL et All Nippon Airways ont réitéré leur confiance à l'égard du 787 Dreamliner. Le Japon est, de loin, le plus important client de Boeing pour ce modèle d'appareil, vendu au coût unitaire de 207 millions de dollars.

Boeing avait mis en marché les 787 Dreamliners en novembre 2011, soit trois ans plus tard que prévu en raison de délais de production. Jusqu'ici le géant américain de l'aéronautique a vendu 848 de ces avions. Une cinquantaine d'appareils ont été livrés.

Le 787 Dreamliner est le premier avion de passagers à être entièrement conçu de matériaux composites.

Le mois dernier, un 787 de la société américaine United Airlines assurant une liaison entre Houston et Newark, au New Jersey, avait été détourné vers La Nouvelle-Orléans, en raison d'un problème électrique.

Pour le moment, les experts n'envisagent pas de clouer l'appareil au sol pour des examens plus approfondis, malgré les récents incidents. Le mois dernier, la Federal Aviation Administration, l'autorité responsable de l'aviation civile aux États-Unis, avait ordonné l'inspection de tous les 787.

Les investisseurs se sont portés au secours de l'entreprise, mercredi. Les actions de Boeing ont grimpé de 2,63 $US, soit 3,6 %, à la Bourse de New York, pour clôturer à 76,76 $US, après avoir chuté de 4,6 % lors des deux journées précédentes.

L'économie avec Gérald Fillion

Facebook