De plus en plus de régimes de retraite dans la ligne de mire des autorités

Le Canada abolit l'âge de la retraite obligatoire.

Plus de 125 régimes de retraite privés inquiètent les autorités canadiennes en raison de leur santé financière chancelante. C'est 50 régimes de retraite de plus qu'il y a un an et demi, a confirmé le Bureau du surintendant des institutions financières, à Radio-Canada.

Les gestionnaires de ces régimes de pension, dont la viabilité est à risque, ont du mal à respecter leurs obligations. Leurs difficultés s'expliquent par la faiblesse des taux d'intérêt et par le rendement des placements, qui ne correspondent pas aux attentes des gestionnaires.

Le Bureau du surintendant des institutions financières supervise quelque 1400 régimes de pension privés. Les 637 000 employés couverts par ces régimes de pension travaillent au sein d'organisations réglementées par le gouvernement fédéral, telles les banques, les compagnies aériennes et les télécommunications.

Léger répit

L'année 2012 a néanmoins offert un léger répit aux gestionnaires des régimes de pension.

D'après des données compilées par l'indice Mercer sur la santé financière des régimes, le niveau de solvabilité de la plupart des régimes de retraite canadiens s'est légèrement amélioré au cours du quatrième trimestre. L'indice Mercer s'établissait à 82 % au 31 décembre, en hausse de 2 points de pourcentage au quatrième trimestre et de 6 points de pourcentage pour l'ensemble de l'année.

Selon Michel St-Germain, membre du partenariat de Mercer, l'amélioration de la santé financière des régimes de retraite canadiens enregistrée en 2012 comporte toutefois un revers : « Les répondants de régime ont porté le plus gros du fardeau. L'indice a progressé 6 % pour en 2012, mais les facteurs économiques ne représentent que 1 % de cette amélioration. Les 5 % restants sont attribuables aux cotisations que les employeurs ont versées pour capitaliser les déficits. »

M. St-Germain précise qu'environ un régime de retraite de pension sur vingt est entièrement capitalisé selon l'approche de solvabilité, au 31 décembre 2012.

L'économie avec Gérald Fillion

Facebook