Lorsque le marché du travail plombe l'économie

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Employé dans une manufacture Employé dans une manufacture (archives)  Photo :  iStockPhoto

Les disparités dans le marché du travail au Canada nuisent à la prospérité économique du pays, d'après une étude de la Banque CIBC.

L'économiste Benjamin Tal explique que les entreprises des secteurs de la santé et des ressources naturelles peinent à recruter des travailleurs qualifiés alors que des Canadiens formés pour effectuer du travail de bureau ou du travail manufacturier sont au chômage pendant de longues périodes. Il ajoute dans son rapport que près d'une entreprise sur trois doit composer avec une pénurie de travailleurs même s'il y a un large bassin de chômeurs avec de l'expérience dans des secteurs traditionnels. La situation serait pire en Alberta, en Saskatchewan et en Ontario.

« Nous avons des gens sans emplois et des emplois sans gens. » — L'économiste Benjamin Tal

M. Tal précise que ces asymétries dans le marché du travail réduisent la qualité de vie au pays et la productivité, et que cela tire vers le bas la croissance économique. Selon l'économiste, le gouvernement canadien devrait moins miser sur l'embauche de travailleurs étrangers et davantage sur la formation des Canadiens au chômage.

En octobre, le taux de chômage était de 7,4 % au Canada.

Dans son étude, la CIBC présente une liste de 25 emplois d'avenir, dont le travail social, le métier de plombier et le travail pour le clergé. En plus des emplois liés au travail de bureau et au secteur manufacturier, le rapport identifie les secteurs de l'enseignement et de l'alimentation comme étant ceux où des emplois seront éliminés tôt ou tard.

En complément