L'opposition s'inquiète des risques du mur budgétaire pour le Canada

Le reportage de Marc Godbout

L'opposition à Ottawa croit que le gouvernement fédéral a tort de maintenir des politiques d'austérité alors que la menace d'une récession plane au sud de la frontière.

Les craintes d'un ralentissement aux États-Unis qui se ferait aussi sentir au Canada sont amplifiées par l'échéance du mur budgétaire qui approche. Il reste un peu moins de 40 jours au président américain Barack Obama pour s'entendre avec le Congrès et éviter les hausses d'impôts et la réduction des dépenses publiques qui entreront automatiquement en vigueur le 1er janvier.

Guy Caron, député du Nouveau Parti démocratique, croit qu'il faudrait dans ce contexte que le gouvernement mette en place des mesures pour stimuler l'économie au lieu de contrôler les dépenses.

« Des politiques d'austérité ne feront qu'amplifier les problèmes qui pourraient être causés par l'atteinte du mur budgétaire. » — Le député Guy Caron

Le gouvernement canadien, tout en invitant le Congrès américain à la prudence, croit que Washington trouvera une solution avant le 1er janvier et que le pays évitera le précipice fiscal.

Les analystes sont optimistes, à l'instar du gouvernement. Néanmoins, si l'échéance au mur fiscal devait expirer sans qu'une solution soit trouvée, les problèmes économiques des États-Unis s'étendraient rapidement au Canada, souligne Benoit Durocher, économiste principal chez Desjardins. Ils retarderaient notamment l'atteinte de l'équilibre budgétaire, s'ils n'étaient pas rapidement résorbés.

info en continu

L'économie avec Gérald Fillion

Facebook