Bell et Astral s'entendent pour une nouvelle offre d'achat

Logos de Bell et Astral

Astral Media et BCE, maison mère de Bell, ont annoncé lundi matin avoir soumis une nouvelle proposition au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) afin qu'il approuve l'acquisition de la première compagnie par la deuxième.

Bell a aussi annoncé avoir retiré sa demande auprès du Cabinet de Stephen Harper afin qu'il intervienne pour casser la première décision du CRTC.

Le 18 octobre, le CRTC avait annoncé qu'il s'opposait à l'offre de 3,38 milliards de dollars de Bell pour acquérir Astral, présentée à la mi-mars. Il avait conclu que « BCE n'a pas apporté de preuve convaincante que la transaction profiterait aux Canadiens. Cette transaction aurait donné un immense pouvoir commercial à l'une des plus grandes entreprises canadiennes de médias ».

Astral et Bell affirment que la nouvelle demande répond aux préoccupations du CRTC, notamment en ce qui a trait au critère des parts d'auditoire.

Selon Mirko Bibic, chef des affaires juridiques et réglementaires et vice-président directeur chez Bell, la part de marché qui sera détenue par Bell dans le monde de la télévision sera modifiée, bien que la façon de le faire reste encore très floue. Selon les calculs du CRTC, en vertu de l'offre qui a été rejetée, la nouvelle entité aurait détenu 42,7 % du marché anglophone et 33,1 % du marché francophone. M. Bibic a expliqué qu'on visait maintenant entre 35 % et 45 % des parts de marché, disant qu'il faudrait attendre pour les détails. Ceux-ci devraient être rendus publics par le CRTC lorsqu'il lancera sa consultation publique sur la nouvelle proposition.

L'homme a aussi indiqué qu'il n'y aura pas de chaîne de nouvelles en français.

Selon lui, Bell et Astral prouveront que cette transaction est à l'avantage des consommateurs. Déjà, George Cope, président et chef de la direction de Bell a laissé entendre que la compagnie était prête à offrir plus de choix aux auditeurs et aux téléspectateurs, plus de possibilités aux créateurs de contenu et plus de concurrence dans le secteur de la radiodiffusion

Notons que Bell a demandé une exception à la politique du CRTC afin de permettre à la station montréalaise TSN Radio 690 (CKGM) de continuer de fonctionner en tant que station de radio parlée sportive de langue anglaise, comme demandé par l'auditoire. Dans sa première demande, Bell avait mentionné son intention de convertir la station en radio sportive française puisque la transaction l'aurait aussi rendu propriétaire des stations anglophones CJAD, CHOM et CJFM et que le CRTC a des règles pour éviter un trop grand contrôle d'une entreprise dans un même marché.

Par ailleurs, la date limite pour la clôture de la transaction a été reportée au 1er juin 2013. Elle pourrait être repoussée jusqu'au 31 juillet si Astral ou Bell le désirent.

BCE est le premier fournisseur de services Internet au Canada, le deuxième fournisseur de services sans fil et la troisième entreprise de distribution de télévision.

Astral possède quant à elle plus de 80 stations de radio à travers le pays, dont les réseaux Rouge FM, Boom FM et NRJ, et une vingtaine de chaînes spécialisées, comme Canal D, Canal Vie, TÉLÉTOON et Super Écran.