Perquisition de la GRC au siège social de SNC-Lavalin

Bureaux de SNC-Lavalin à Montréal Bureaux de SNC-Lavalin à Montréal (archives)

Des enquêteurs de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) ont mené vendredi une perquisition au siège social de la firme d'ingénierie SNC-Lavalin, au centre-ville de Montréal.

Le sergent Marc Ménard, porte-parole de la GRC, a précisé que puisqu'une enquête est en cours, le corps de police ne répondra à aucune question et ne détaillera pas l'opération.

Dans un communiqué, la multinationale précise que l'enquête porte sur « certains individus qui ne sont pas ou plus à l'emploi » de SNC-Lavalin, ajoutant qu'elle ne commentera pas davantage l'affaire en raison de l'enquête en cours. L'entreprise assure également qu'elle collabore « pleinement à toute enquête relative à ce dossier » et qu'elle entend « répondre à toutes les demandes des autorités ».

À la fermeture des marchés vendredi, le titre de SNC-Lavalin (TSX:SNC) avait reculé de 4,17 % à 38,40 $.

SNC-Lavalin dans la tourmente

En février, deux hauts dirigeants de SNC-Lavalin, dont Riadh Ben Aïssa, ex-patron de la firme en Afrique du Nord, ont quitté l'entreprise dans la foulée de révélations troublantes concernant les liens que la firme d'ingénierie montréalaise entretenait avec la famille de l'ex-dirigeant libyen, Mouammar Kadhafi.

Le mois suivant, SNC-Lavalin reconnaissait avoir perdu la trace de 56 millions de dollars versés à des agents et à des représentants commerciaux pour deux projets dont la nature n'a pas été précisée. Dans son rapport, la firme d'ingénierie avançait que c'est M. Ben Aissa qui a engagé ces agents et représentants commerciaux et a demandé des paiements.

Par ailleurs, le PDG de SNC-Lavalin, Pierre Duhaime, a démissionné fin mars. Il aurait approuvé l'un des paiements irréguliers.

info en continu

lundi 22 décembre

L'économie avec Gérald Fillion

Facebook