La FAO prévoit une hausse des prix des aliments

Radio-Canada avec Agence France-Presse, Associated Press et Reuters
Marché au Pakistan Un marché au Pakistan (archives)  Photo :  AFP/Arif Ali

Se nourrir coûtera encore plus cher au cours des prochains mois en raison des prix élevés des produits alimentaires de base, de la forte diminution des stocks et de la faible production de la plupart des cultures, prévient l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Après les troubles agricoles de la Russie et de l'Ukraine l'été dernier, c'est en Europe (sécheresse) et en Amérique du Nord (sécheresse au sud, pluie excessive dans le nord) que dame Nature devrait avoir un impact négatif sur la production de maïs et de blé en 2011.

La situation inquiète la FAO qui craint que les prix élevés des denrées « représentent une menace pour de nombreux pays à faible revenu et à déficit vivrier » d'ici début 2012.

Même si davantage de produits céréaliers ont été produits et que les stocks sont en hausse, la demande croissante pour les céréales maintiendra les prix à la hausse.

Quant aux oléagineux, comme les arachides, le tournesol et l'olivier, la production mondiale ne parviendra pas à combler la demande, entraînant du coup de nouvelles réductions des stocks mondiaux.

Mince signe d'encouragement, l'indice onusien des prix des produits alimentaires s'est établi à 232 points en mai, en recul de trois points par rapport à avril.

L'indice a atteint un niveau record en février, à 238 points, nourrissant les craintes d'une nouvelle crise alimentaire.

Il ne s'agit que d'un répit dans la mesure où les importations alimentaires mondiales doivent atteindre 1,29 milliard de dollars cette année, en hausse de 21 % par rapport à 2010. Les pays importateurs à l'économie fragile devront dépenser jusqu'à 30 % de plus sur leurs importations par rapport à l'an dernier.

« Nous avons constaté des prix élevés et volatiles au cours des derniers mois et la fin [de ces prix élevés] n'est pas de sitôt », précise Luca Chinotti, un conseiller en politiques chez Oxfam. L'organisme prévoit que les prix alimentaires doubleront au cours des 20 prochaines années.

En complément