Postes Canada critiquée pour son comparateur de prix en ligne

Le nouveau comparateur de prix de différents articles sur le site de Postes Canada déplaît beaucoup à la concurrence, souligne Michelle Lamarche,

Il est maintenant possible d'effectuer son magasinage sur le site Internet de Postes Canada. Le service de la société d'État, en ligne depuis octobre, fait toutefois des mécontents auprès de la concurrence.

Sur le site de Postes Canada, les consommateurs peuvent trouver et comparer le prix d'une gamme de produits et d'accessoires, comme des électroménagers, des remorques, des VTT ou de l'équipement audio.

Il s'agit toutefois d'un service comparable à ce qu'offrent déjà plusieurs entreprises en ligne.

L'entrepreneur web Dominique Vachon, président de comparance.com, crie à la concurrence déloyale. Selon lui, Postes Canada a trop de moyens comparativement aux entrepreneurs privés.

« Le mandat premier de cette société, c'est de livrer des lettres et des colis. Maintenant, elle se lance dans le magasinage en ligne. Je ne comprends pas. On est loin du mandat initial », affirme-t-il.

Postes Canada se défend bien d'outrepasser son mandat.

« La mission de Postes Canada, selon la Loi sur la Société canadienne des postes, nous indique que l'on doit aller chercher des produits et des services dans le domaine de la communication et s'adapter à la nouvelle technologie. Cette initiative-là entre dans notre mandat », affirme Anick Losier, porte-parole de Postes Canada.

La société estime que ce service lui permettra d'obtenir de nouveaux revenus d'expédition, entre autres en faisant concurrence à UPS et à FedEx. Mais la société entend surtout mettre la main sur de nouveaux revenus publicitaires.

« La société tente de trouver des secteurs où elle peut obtenir un chiffre d'affaires additionnel. On ne pourrait pas empêcher Postes Canada de faire ce genre d'activité », soutient Normand Turgeon, professeur de marketing aux HEC Montréal.

Avec le reportage de Michelle Lamarche

info en continu

mercredi 17 décembre

L'économie avec Gérald Fillion

Facebook