Débat sur le gaz de schiste

Laïla Maalouf
Radio-Canada

Le sous-sol de plusieurs régions du Québec recèle du gaz de schiste argileux, une forme de gaz naturel qu'on commence à peine à savoir exploiter. Plusieurs entreprises ont obtenu des permis d'exploration tout le long de la vallée du Saint-Laurent, un territoire où se concentrent, entre autres, la majorité des exploitations agricoles du Québec.

Voici une carte interactive de ces forages d'exploration du gaz de schiste dans les basses-terres du Saint-Laurent en date du 31 mars 2011. Les permis d'exploration sont délivrés par le ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF) à une seule compagnie sur un territoire donné. Toutefois, le MRNF peut octroyer un permis de forage à un partenaire du titulaire du permis d'exploration.


Cliquez ici pour agrandir la carte

Les inquiétudes des citoyens

L'exploitation du gaz de schiste argileux au Québec suscite une grande controverse. Des citoyens ne veulent pas d'un puits de forage dans leur voisinage, certains doutent qu'une telle industrie soit rentable ou même nécessaire, d'autres réclament un moratoire. Deux grandes questions dominent le débat public :

  • Quels seront les impacts environnementaux de cette exploitation?
  • Quelles seront les retombées économiques éventuelles de ces projets?

Face aux préoccupations de la population, le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) a reçu du gouvernement le mandat de proposer des orientations pour le développement durable de cette industrie. Le BAPE a finalement déposé un rapport très attendu en février 2011. Il y recommande un encadrement plus strict de l'industrie du gaz de schiste. Québec a accueilli favorablement les recommandations du BAPE. Les opposants se disent de prime abord satisfaits du rapport, malgré quelques réserves.

Le 30 mars 2011, c'est au tour du commissaire au développement durable, Jean Cinq-Mars, de critiquer durement le gouvernement Charest pour sa gestion du dossier du gaz de schiste. Le commissaire conclue dans son rapport que les interventions des ministères de l'Environnement et des Ressources naturelles « n'assurent pas que le développement du gaz de schiste s'effectue de façon durable, notamment parce qu'elles ne permettent pas l'atteinte d'un juste équilibre entre les intérêts de la société québécoise, des communautés locales et de l'industrie ».

En complément

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.

Info en continu

L'économie avec Gérald Fillion

Dossiers et plus