Plongeon des marchés pétroliers

Radio-Canada avec Agence France-Presse, Associated Press, Bloomberg et Reuters

Les prix du pétrole brut ont continué de s'effondrer, jeudi, dans la foulée des craintes de récession mondiale. Dans ce contexte, l'Organisation des pays producteurs de pétrole tiendra une réunion d'urgence le 24 octobre. Les membres de l'OPEP devaient normalement se réunir le 16 novembre.

Les importants reculs du prix du pétrole, dans un contexte de ralentissement économique, forcent l'OPEP à se réunir d'urgence.

Jeudi midi, le Brent de la mer du Nord valait 66,60 $US, en baisse de près de 6 % par rapport à la veille. Il s'agit d'une baisse importante de près de 50 % par rapport au sommet historique de juillet, de 147 $US.

Le brut new-yorkais valait, pour sa part, moins de 70 $ en fin de matinée après que le gouvernement américain eut annoncé que les inventaires de brut étaient plus importants que prévu. Le brut léger pour livraison en novembre a touché 69,15 $US, en baisse de près de 6 %. Avant la publication de cette donnée, le baril atteignait 73 $US.

« Les craintes d'une crise globale du crédit conduisant à un large ralentissement économique, peut-être à la récession, conduisent les investisseurs à se retirer des marchés boursiers et du pétrole », a expliqué à l'AFP l'analyste Victor Shum pour qui « tout est à la baisse ».

Mercredi, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, l'OPEP, a réduit considérablement ses prévisions de demande pour le quatrième trimestre de l'année en cours et pour l'année prochaine.

Les prévisionnistes de l'OPEP calculent que la consommation occidentale de pétrole, en septembre, a chuté d'un million de barils par jour, comparativement à pareille date, l'an dernier.

Il faut désormais s'attendre à ce que les données les plus récentes de l'OPEP servent d'arguments à plusieurs membres du cartel pétrolier qui vont profiter d'une réunion de l'organisation, le 24 octobre, pour exiger une baisse de la production.

Prix moyens hebdomadaires du pétrole source : OPEP