Budget du Fédéral 2008-2009

Retour à la zone Nouvelles

En chiffres

Population

Octobre 2007

33 091 228 habitants

+

Taux de chômage

Janvier 2008

5,8 %

+

Taux d’inflation

Janvier 2008

2,2 %

+

PIB

Novembre 2007

2,2 %

+

Balance commercial

Décembre 2007

2,4 G$

+

Surplus budgétaires

2006-07

13,8 G$

+

Dette publique

2006-2007

467,3 G$

+
Chargement

Sources : Statistique Canada, Ministère des Finances du Canada, Banque du Canada

Nouvelles, analyses et réactions

Mise à jour le lundi 8 septembre 2008 à 8 h 46
Envoyer à un ami

Médias

Un accueil circonspect

Jim Flaherty et Stephen Harper

Photo: La Presse Canadienne /Chris Wattie

Jim Flaherty et Stephen Harper

Les grands quotidiens du pays accueillent le budget Flaherty avec circonspection, pour la plupart. Et tous concèdent qu'il n'y a rien dans cet exercice pour justifier que les libéraux fassent tomber le gouvernement minoritaire de Stephen Harper.

Le National Post estime par exemple que le chef Stéphane Dion aurait fort à faire pour justifier le déclenchement d'une élection, étant donné que le budget pérennise deux programmes créés par son parti: le financement des infrastructures à même la taxe sur l'essence et un programme canadien de prêts aux étudiants.

Si le quotidien de CanWest GlobeMedia fait preuve de déférence en remerciant le gouvernement de redonner de l'argent aux contribuables, les autres quotidiens nationaux soulignent plutôt que le budget démontre que les finances publiques sont plus serrées qu'au cours des dernières années. Certains croient que le ministre Flaherty aurait pu faire preuve d'encore plus de prudence en raison de l'incertitude économique ambiante.

Les éditoriaux soulignent par ailleurs unanimement la création du compte d'épargne libre d'impôt (CELI). La création d'une caisse d'assurance-emploi autonome s'attire également de bons commentaires, tandis que l'aide offerte à l'industrie automobile de l'Ontario est critiquée.

  • Le Devoir: Le quotidien montréalais souligne que le gouvernement Harper n'a plus de marge de manoeuvre parce qu'il a « réduit la dette très rapidement d'un côté, et le fardeau fiscal des entreprises et des particuliers de l'autre ». Malgré l'idée « originale » du CELI, le budget ne passera pas à l'histoire, estime l'éditorialiste Jean-Robert Sansfaçon.

    Le gouvernement aurait dû investir une part encore plus importante de ses surplus dans les infrastructures. Le budget fait peu pour le secteur manufacturier, la prolongation du programme d'accélération des amortissements n'étant « d'aucune aide pour [les entreprises] en difficulté ». Quant à l'aide au secteur automobile, il s'agit là d'une décision « électoraliste » qui sera « jugée ridicule » par l'industrie.

  • La Presse: Le quotidien de Power Corporation rappelle que l'enjeu du budget était de savoir ce que le gouvernement Harper ferait du surplus de 13 milliards de dollars engrangé depuis un an. « Le ministre, dit-il, souligne avec raison que cette stratégie mène à des réductions permanentes du fardeau fiscal des contribuables (2 milliards l'an prochain). M. Pratte prend acte de mesures « modestes et ciblées », tout en soulignant lui aussi la création du CELI, un « moyen astucieux » d'encourager l'épargne.

    Il souligne que l'abolition de la Fondation des bourses du millénaire est une « nouvelle manifestation du fédéralisme d'ouverture ». Et il se montre satisfait que la nouvelle caisse d'assurance-emploi autonome ne permettra plus à Ottawa d'aller « piger dans la caisse à d'autres fins ». Il craint toutefois que l'équilibre budgétaire soit menacé si l'économie devait ralentir brusquement.

  • Globe & Mail: Le quotidien torontois, propriété de CTV Globemedia, croit que la force du budget se trouve dans ses mesures plus populistes, notamment en raison de la création du CELI. Il critique toutefois M. Flaherty pour son « optimisme déroutant ». Le ministre des Finances, dit l'équipe éditoriale, aurait dû prendre note de l'incertitude économique qui prévaut et revenir sur son idée de réduire la TPS d'un point de pourcentage (une mesure qui coûtera 6 milliards de dollars au Trésor public). Il aurait dû consacrer moins d'argent à la réduction de la dette. Rappelant que les dépenses ont augmenté grandement sous sa gouverne, le quotidien écrit que « féliciter M. Flaherty pour ce qu'il a accompli avec les mains liées revient à oublier qu'il a lui-même noué la corde ».
  • National Post: « Merci M. Flaherty de nous redonner notre argent », conclut le quotidien, qui estime que le troisième budget Flaherty est le premier à pouvoir prétendre ressembler à un budget conservateur. Les dépenses du gouvernement augmentent de 3,4 %, comparativement à 7,5 et 6,85 % en 2006 et en 2007. Au sujet de l'investissement dans des projets de recherche et développement dans le secteur de l'automobile, le quotidien y voit une approche « raisonnable » qui permet de s'ancrer dans les besoins du 21e siècle plutôt que de maintenir artificiellement en vie une industrie qui vit encore comme au 20e siècle.

    L'équipe éditoriale du Post salue également la création d'une caisse d'assurance-emploi autonome, un « changement radical » qui, espère-t-elle, permettra de mettre ce système, une pierre d'assise de l'État providence, sur la voie de « l'ultime désuétude ». « La meilleure assurance-emploi, il va sans dire, est une économie en expansion qui crée des emplois avec régularité. » Le Post accueille également favorablement la création du CELI - « un allègement fiscal est un allègement fiscal », concède-t-il - mais indique qu'il aurait préféré d'autres mesures, comme une réduction des impôts sur les gains en capital ou une augmentation des exemptions d'impôt personnel.


En profondeur


Fédéral: mise à jour économique

Fédéral: mise à jour économique

Nouvelles et réactions à la suite de l'énoncé économique du 30 octobre 2007 du ministre des Finances du Canada, Jim Flaherty


Budget du Canada 2007-2008

Budget du Canada 2007-2008

Les faits saillants, les nouvelles, les réactions et les analyses.


Le huard gonflé à bloc

Le huard gonflé à bloc

Le dollar canadien revient de loin. Trente ans après avoir été dépassé par le dollar américain, le huard s’envole vers les hauts sommets.


Exportations: les États-Unis s'éloignent

Exportations: les États-Unis s'éloignent

Toutes proportions gardées, le Canada exporte de moins en moins au sud de la frontière depuis 2002. Voici pourquoi.


Le déséquilibre fiscal

Le déséquilibre fiscal

Le difficile casse-tête que promet de résoudre le gouvernement conservateur de Stephen Harper


La péréquation

La péréquation

Qu'est-ce, au juste, que la péréquation? Un dossier à lire pour mieux comprendre ce programme économique canadien.


Émissions d'information