Page du bulletin National Site La passion du sport Météo RÉALISATION POUR NOUS JOINDRE NOS HYPERLIENS DE RÉFÉRENCE ARCHIVES AIRE DE JEUX DOSSIERS BULLETINS RADIO OUEST ONTARIO QUÉBEC ATLANTIQUE GRANDS TITRES LE MONDE POLITIQUE ÉCONOMIE SANTÉ ET ÉDUCATION INTERNET ET NOUVELLES TECHNOLOGIES Retour à MontréalPlus.ca
Le site Nouvelles de la SRC Nouvelles Info Radio -- RDI

Mise à jour le mardi 7 décembre 1999, 19 h 18.
  Procès en diffamation contre Richard Lafferty

Le premier ministre du Québec Lucien Bouchard et l'ex-premier ministre Jacques Parizeau ont témoigné mardi dans le cadre du procès en diffamation que les deux hommes ont intenté contre un analyste financier montréalais.
 

Lucien Bouchard, premier ministre du Québec.
Extrait vidéo

retourner au bulletin

 

Jacques Parizeau, ex-premier ministre du Québec.
  Dans une lettre financière expédiée à 275 clients et dont des extraits ont été diffusés dans «Le Devoir» il y a six ans, Richard Lafferty avait comparé le nationalisme des leaders souverainistes à la démagogie d'Hitler. Lucien Bouchard a été secoué le matin du 9 février 1993 lorsqu'il pris connaissance des propos de Richard Lafferty tels que rapportés dans un article du «Devoir» intitulé «Bouchard, Parizeau, Hitler: même combat». Alors chef du Bloc québécois, Lucien Bouchard était indigné que l'on compare son idéologie politique aux méthodes monstrueuses d'Hitler.

 
  Après en avoir discuté avec Jacques Parizeau, à cette époque chef du Parti québécois, les deux hommes ont décidé d'intenter un procès en diffamation contre Richard Lafferty. La comparaison avec Hitler a été particulièrement douloureuse pour Jacques Parizeau. Les parents de sa première épouse, qui était polonaise, ont vu de près les horreurs du Troisième Reich.
 
  Lors de leur contre-interrogatoire respectif, les deux politiciens ont avoué qu'ils avaient souvent été insultés mais qu'il était temps d'établir des balises. À leur sortie du tribunal, Jacques Parizeau et Lucien Bouchard ont été avares de commentaires. Le témoignage des deux politiciens s'est déroulé en l'absence de l'accusé, hospitalisé pour un malaise cardiaque.
 
 
   
¦ Partagez
cette information
avec un ami!
Haut de page