Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page

L’enfant terrible du cinéma québécois à Cannes

Ginette Reno pleure aux côtés de Jean-Claude Lauzon qui la console.
Ginette Reno, émue, à la suite de la projection du film Léolo au Festival de Cannes, en 1992. Photo : Radio-Canada

Cinéma en continu