ICI Radio-Canada Première

Y a pas deux matins pareils

Y a pas deux matins pareils rss

En semaine de 6 h à 9 h

Marjorie April

Y a pas deux matins pareils
Logo Radio-Canada

Société

Comprendre la montée des groupes d'extrême droite

Le vendredi 3 mars 2017

Manifestation d'un groupe suprémaciste blanc à Calgary en 2011.
Manifestation d'un groupe suprémaciste blanc à Calgary en 2011.     Photo : Larry Macdougal

Alors qu'un peu partout au Canada des groupes de citoyens se disent inquiets pour l'avenir et les valeurs de leur pays, le groupe Coalition of Concerned Citizens en appelle à manifester dans différentes villes canadiennes contre la Charia et la motion qui condamne l'islamophobie. 
 
Selon le directeur du Centre d'expertise et de formation sur les intégrismes religieux et la radicalisation du CEGEP Édouard-Montpetit (CEFIR), Martin Geoffroy, il s'agit vraisemblablement de petits groupes disparates à l'échelle du pays.  
 
«Ce sont des suprématistes blancs qui se positionnent contre l'immigration non blanche qu'ils perçoivent comme une menace identitaire et culturelle à l'héritage des européens d'Amérique du Nord» précise M. Geoffroy. 
 
Selon le directeur du CEFIR, les personnes qui prendront part à ces manifestations ne sont pas toutes racistes, mais certainement islamophobes : «Ils manifestent contre la Charia, même si pourtant au Canada il n'y a aucun endroit où la Charia est appliquée», souligne-t-il. 
 
Toujours selon M. Geoffroy, «plus de 50% des canadiens auraient un problème avec les Musulmans et l'Islam», rappelant que l'islamophobie monte en flèche dans l'ensemble du pays.  
 
Pour lutter contre les discours suprématistes et islamophobes, M. Geoffroy rappelle l'importance de créer des contre-discours pour ramener les gens vers les faits, et ce, surtout à l'ère des réseaux sociaux et de la fausse nouvelle. 
 
«Dans une société où les opinions politiques sont de plus en plus polarisées, on a moins la possibilité d'avoir des débats réels et des discussions pour faire avancer la société. On accorde plus d'importance à notre propre sens commun et celui de nos relations qu'aux faits», conclut-il.


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes