ICI Radio-Canada Première

Y a pas deux matins pareils

Y a pas deux matins pareils rss

En semaine de 6 h à 9 h

Marjorie April

Y a pas deux matins pareils

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1234
5
6
789
10
11
12
13
1415161718
19
20
2122232425
26
27
282930
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du jeudi 10 novembre 2016


International

Les Américains craignent les divisions au sein de leur pays

Chase Cantrell, en entrevue devant un édifice.
L'avocat américain Chase Cantrell.     Photo : Radio-Canada

L'issue de l'élection américaine suscite des appréhensions partout dans le monde, mais surtout chez les Américains qui n'ont pas voté pour Donald Trump. Plusieurs manifestations ont eu lieu surtout sur des campus universitaires et près de la Tour Trump à New York.  
 
Me Chase Cantrell, qui est avocat à Détroit, est l'un d'eux. Il a voté pour Hillary Clinton et dit avoir peur que son pays demeure divisé après l'élection.  
 
« Les droits à l'avortement, les droits des noirs, la communauté LGBT, j'ai peur que ça recule», affime-t-il. 
 
Il dit pourtant ne pas être surpris du résultat des élections, qui plonge l'Amérique dans l'inconnu.  
« J'ai plusieurs collègues qui ont voté Trump. Les Américains avaient l'illusion que c'était certains groupes qui votaient pour Trump, des gens défavorisés dans les régions rurales, mais je connais des gens bien éduqués dans les cabinets d'avocats qui ont voté pour lui», a-t-il signalé. 
 
Son état, le Michigan, est traditionnellement d'allégeance démocrate depuis plusieurs décennies. Or, Donald Trump a passé beaucoup de temps au Michigan et à Détroit durant la campagne électorale. Pourtant, 83 % de la population de Détroit est afro-américaine, et Chase Cantrell croit que la présidence de Donald Trump augmentera les tensions raciales. « J'ai peur pour sa politique économique aussi. 40 % des gens de Détroit vivent dans la pauvreté.» 
 
Il dit que plusieurs personnes dans son entourage ont parlé à la blague de déménager au Canada. « Je vais en France ce weekend...peut-être que je vais y rester. » 

Santé

Des traitements de santé mentale en fonction du sexe du patient

Une femme atteinte de dépression.
Une femme atteinte de dépression.     Photo : PHOTO : ISTOCK

Le sexe des patients pourrait avoir un impact sur le traitement de maladies mentales. Un groupe de chercheurs de CAMH se penche sur la question dans le cadre du symposium de l'Institut de recherche en santé mentale de la famille Campbell qui a lieu jeudi à l'Université de Toronto.  
 
En psychiatrie, certaines maladies mentales touchent plus les hommes ou les femmes. Par exemple, les femmes sont deux fois plus susceptibles de souffrir de dépression que les hommes. Pourtant, il est encore rare qu'on tienne compte du sexe dans le traitement des maladies mentales.  
 
« Cette différence est bien établie dans la communauté scientifique, mais c'est pas un sujet de recherche qui a été très poussé », explique Étienne Sibille, président de l'Institut de recherche en santé mentale de la famille Campbell  
 
Selon lui, plusieurs facteurs sociaux interagissent avec ces facteurs biologiques, qui sont établis très tôt dans le développement de l'individu, comme les taux d'hormones qui varient chez les hommes et les femmes. Il explique que cela ne fait que deux ou trois ans que les études psychiatriques sont faites en parts égales sur des sujets mâles et femelles, par exemple les recherches sur les rats.  
 
« L'idée, c'est de caractériser les régions du cerveau qui diffèrent. Dans le contexte de la dépression, il y a des biomarqueurs qu'on peut établir pour identifier les gens qui sont plus à risque et les traiter différemment », indique M. Sibille. À titre d'exemple, le dosage ou la combinaison de traitements peuvent différer d'un sexe à l'autre.

Société

Création d'une nouvelle artère principale dans le quartier Liberty Village

Un immeuble du quartier Liberty Village avec la Tour CN en arrière-plan.
Un immeuble dans le quartier Liberty Village de Toronto.     Photo : Radio-Canada/Sarah-Émilie Bouchard

La ville de Toronto propose de créer une nouvelle rue pour faciliter la circulation entres les rues Dufferin et Strachan, dans le quartier Liberty Village. Notre chroniqueur Glen Baxter explique l'impact que cette initiative aurait sur l'un des quartiers les plus densément peuplés à Toronto.

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1234
5
6
789
10
11
12
13
1415161718
19
20
2122232425
26
27
282930
 
 
 

Réseaux Sociaux Y a pas deux matins pareils Y a pas deux matins pareils